RCA: l’UNCMCA renouvelle son bureau pour un mandat de 3 ans

0
283
Centrafrique-UNCMAC-Ndjoni-Sango
La mise en place du bureau a été effective au cours de la 4ème assemblée générale extraordinaire de l’UNCMCA, ce 29 juillet à Bangui.

Par Grace NGBALEO

Bangui 2 Août  2020—(Ndjoni-Sango) : L’Union Nationale des Coopératives Minières de Centrafrique(UNCMCA), dispose désormais d’un nouveau bureau. Composé de 7 membres ce bureau sera dirigé par Francis Gamba pour une durée de 3ans. La mise en place du bureau a été effective au cours de la 4ème assemblée générale extraordinaire de l’UNCMCA, ce 29 juillet à Bangui.

Ce bureau a été mis en place pour corriger les manquements du 3ème dont le mandat a été largement dépassé (a duré 8 ans). L’objectif, avoir des hommes d’affaires capables de tenir le secteur minier centrafricain.

Promouvoir la production des artisans miniers sur le chéquier international, encadrer les artisans miniers et  assurer l’intermédiaire entre l’administration et les artisans, sont les attentes du Gouvernement vis-à-vis des membres de ce 4ème bureau.

« Ce nouveau bureau pour moi, doit encadrer les artisans miniers. Il doivent être de véritables intermédiaires entre l’administration et les artisans.  Voilà ce que nous recherchons. Parce que, nous avons aussi notre côté en tant que ministère. Nous devons beaucoup négocier les appuis techniques et financiers avec les partenaires  extérieurs qui sont prêts à pouvoir les aider.  Mais, malheureusement, il faut avouer que le bureau sortant n’a pas été à la hauteur. Voilà la raison pour laquelle nous avons décidé d’avoir un bureau dynamique  pour travailler à relever  le secteur  minier à l’intérieur du pays », exprime  Léopold Mboli Fatran, ministre centrafricain des mines et de la géologie.

L’  UNCMCA  est mise en place en juillet 2003, suite aux recommandations des états généraux du secteur minier.

L’objectif recherché par le Gouvernement à travers ce mouvement des artisans miniers en coopérative minière  ensuite en Union, est d’une part, d’assurer la traçabilité des diamants et or  conformément  aux exigences du processus de Kimberley, et d’autre part,  de permettre aux coopératives minières de bénéficier des appuis techniques, matériels et financiers tant de partenaires publics que privés.

De ce fait,  permettre  aux artisans miniers de vendre leur production  sur le marché international à l’instar des bureaux d’achats  et des sociétés minières.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments