RCA: l’abus du pouvoir d’un magistrat, Jean Claude Siopatis Mbomy

0
283
Centrafrique-magistrat-Siopatis-Ndjoni-Sango
Démolition de la maison d'une femme par le magistrat Siopatis @photo Samson Yangongo.png

Par  Aimé Samson YANGONGO

Bangui 11 Août 2020—(Ndjoni Sango) : Pendant que le pays tente de sortir de ses cendres, certaines personnes qui se disent autorités et représentants de la justice exercent leur travail avec un abus de leurs pouvoirs sur des pauvres citoyens. Mais que faire si la loi n’est pas respectée à l’égard de ses victimes ?

Nul n’est au-dessus de la loi. Une loi édictée par la loi, elle-même. A cet effet, la pauvre mademoiselle Passarella Annélie, habitant au quartier SICA 2 et propriétaire du Cave-restaurant « 8.5 Chez Auguy », a été victime d’une agression psychologique venant de la part du magistrat SIOPATIS MBOMY Jean Claude. Celui-ci, de ses propres mains, a démoli la maison située juste à côté de sa Cave-restaurant au niveau du quartier Lakouanga, maison en construction.

Selon Passarella, victime qui a eu à assister à cette démolition, faite de la part de ce hors-la-loi de magistrat, précise :

« Cette concession appartenait à notre grand père, qui a été limitée par des piquets implantés par le service de cadastre accompagnée des plans de limites topographiques. Nos voisins ont  une ruelle qui nous relie ensemble. Des maisons sont  juxtaposées, un plan établi par l’Etat sur le plan cadastral. Les voisins ont aussi construit de leur côté des maisons qui ont occupé énormément d’espaces jusqu’à aller hors des limites imposées par le service de cadastre. Nos voisins demandent à ce qu’on puisse libérer encore un peu d’espace du côté de notre limite planifié par le cadastre pour leur servir comme une ruelle de sortie. Alors que la limite a été planifiée par la cadastre, qui de son côté, a limité la concession par des piquets implantés ».

Le magistrat a utilisé ses relations pour contourner la loi et soutenir sa copine devant avoir une solution rapide. Et que l’acte était posé de ses propres mains avec la complicité de certains ripoux. Le terrain a été affecté par le cadastre sous la juridiction de l’Etat. Mais pourquoi confondre la loi et sa propre décision naturelle.

C’est dire qu’il est magistrat et dons au-dessus de la loi? Ou allons-nous ? Si le cadastre avait décidé comme ci-dessus évoqué, pourquoi s’opposer à la décision approuvée par cette institution d’Etat ?

Vu que la loi n’est pas respectée dans notre pays, le magistrat dénommé SIOPATIS MBOMY Jean Claude s’est imposé dans un problème jusqu’en allant démolir de ses propres mains accompagné des forcés de sécurité intérieure (la police) cette concession en construction ? Il a agi dans son propre intérêt vu que la concession située derrière la cave-restaurant appartient à sa copine.

Une simple question se pose : « Où allons-nous,  Sommes-nous réellement dans un pays de Justice et de Démocratie? ». Etant magistrat, SIOPATIS MBOMY Jean Claude qui se dit représentant de loi, ne fait que profiter de cette loi afin d’agir personnellement en sa faveur pour résoudre ses propres problèmes. Sachant pertinemment que nul n’est au-dessus de la loi voire le président de la République.

Pendant que le pouvoir en place fait de son mieux pour rétablir la paix et conduire dans un bon sens les prochaines échéances électorales, ce représentant de loi ose tout faire en désordre et à sa manière en utilisant son galon de magistrat.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments