RCA: va-t-on vers un glissement du calendrier électoral?

0
614
Centrafrique-Faustin Archange-Touadera-Ndjoni-Sango
Le président centrafricain Faustin Archange Touadera et les leaders de l'opposition politique en caricature @Jimmy Nzéko

Par Erick NGABA

Bangui 11 Août 2020—(Ndjoni Sango) : A travers insistance de l’opposition et une partie de la société civile centrafricaine, sur la tenue d’une concertation nationale avant la tenue du scrutin du 27 décembre 2020, ainsi que la position de la présidence de la République sur cette problématique, il y a lieu de réfléchir sur  le glissement ou pas du calendrier électoral en Centrafrique.

Les élections présidentielle et législative sont prévues le 27 décembre 2020 en République centrafricaine.  Mais déjà dans le camp de l’opposition , des voix s’élèvent pour évoquer un glissement de cette date.

En effet, l’opposition et une frange de la société civile ont lancé le 3 août dernier un ultimatum de trois jours, au président de la République, Faustin Archange Touadera, de convoquer une concertation nationale avec les forces vives de la nation afin de trouver un consensus à la tenue des élections de fin de l’année. Passer ce délai de trois jours, des actions de désobéissance devraient être organisées, d’après les termes de cet ultimatum.

Or, cette fameuse concertation nationale préconisée par la Cour Constitutionnelle au cas où les élections n’arriveront pas à se tenir dans les délais fixés, est aussi conditionnée à l’avis de l’Autorité Nationale des Elections (ANE) qui devrait se prononcer sur l’impossibilité de tenir les élections le 27 décembre 2020.

Face à cette insistance des leaders de l’opposition, la Présidence de la République a dans un communiqué dénoncé l’attitude de l’opposition qui veut plonger le pays dans le chaos en mettant la charrue avant le bœuf.

Pour la Présidence, il n’y a pas de motif pour convoquer cette concertation du moment où l’ANE rassure encore sur la tenue des élections à la bonne date.

De part ces différentes prises de positions, des doutes planent sur le respect de la date prévue pour échéances électorales quand on sait d’une part que l’ANE est en difficulté de mener à bon port le processus électoral.

Et l’attitude de l’opposition trahit bien son intention de ne pas aller aux élections le 27 décembre 2020.

Toutefois, le président Touadera réitère sa ferme volonté à organiser les élections dans les délais constitutionnels. En attendant, l’ANE poursuit les opérations électorales.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments