RCA: les sanctions onusiennes, cette supercherie qui n’a aucun effet sur les personnes visées

0
379
Les personnalités politico-militaires centrafricaines sous sanctions de l'ONU en caricature @Jimmy Bonguela

Par Erick NGABA

Bangui 12 Août 2020—(Ndjoni Sango) : Le Conseil de Sécurité de l’ONU vient de réactualiser en ce début d’Août 2020 la liste des personnes visées par des sanctions internationales. Ainsi, Sidiki Abass vient d’être ajouté sur cette liste visant aussi François Bozizé, Nourredine Adam, Abdoulaye Hissein, Abdoulaye Miskine et Aroune Gaye entre autres qui sont aujourd’hui libres de leur mouvement.

L’ONU continue de surprendre tout le monde à travers des sanctions à l’encontre des personnalités politiques et militaires de la République centrafricaine. En dépit de ces sanctions qui font interdiction de circuler dans plusieurs pays, et permettent geler les avoirs, personnes visées sont livre de leur mouvement dans de différents pays. Du coup, on se pose la question sur ce que les sanctions de l’ONU peuvent donner comme effet sur les pays ciblées.

Pour preuve, l’ancien président François Bozizé qui est aussi sous sanction de l’ONU n’est pas empêcher de voyager. Après plus de 6 ans d’exil en Ouganda, il a si facilement  regagné son pays où il est actuellement libre dans ses activités politiques. Même si on parle de ses avoirs gelés, l’homme semble ne pas être inquiété pas les sanctions de l’ONU.

De même, Abdoulaye Hisseine, leader rebelle du FPRC, sur la liste des sanctions, effectue des navettes entre la RCA, le Tchad et le Soudan pour ses busness sans être empêché dans le cadre de ses sanctions. Or, les pays membres de l’ONU devraient en principe veiller à l’application de ces sanctions.

Ces mêmes sanctions s’appliquent aussi à Nourredine Adam, le 1er Vice-président du mouvement rebelle FPRC. Mais ce chef de guerre multiplie des déplacements dans les pays limitrophes de la RCA. Ses déplacements sont faits au vu et su de l’ONU. De qui se moque-t-on?

Aujourd’hui, le Conseil de Sécurité émet ses sanctions contre le leader du mouvement 3R, Abass Sidiki qui selon l’ONU, constitue une menace pour la paix en RCA. On est sans ignorer que ces personnes vivent localement. Ils n’ont pas besoin de voyager aux Etats-unis, ni en France pour vivre. Ils n’ont pas ailleurs besoins des banques pour pouvoir déposer leurs richesses.

Il y a bien lieu de dire que les sanctions de l’ONU sans des coup de pied de l’eau. Puis qu’elles n’ont pas d’effet sur les personnalités ciblées en République centrafricaine qui toutes aujourd’hui libres de leur mouvement.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments