RCA: le Sous-préfet de Ngaoundaye rassure sur les personnes kidnappées par les 3R

0
812
Centrafrique-ngaoundaye-Ndjoni-Sango
Le sous-préfet de Ngaoundaye, Jean Ulrich Sembekpanga @photo Erick Ngaba

Par Dieudonné ZEKE

Bangui 1er octobre 2020—(Ndjoni Sango) : La situation sécuritaire de la population de la Sous-préfecture de Ngaoundaye, notamment les trois otages dont deux policiers et un militaire, préoccupe Jean Ulrich Sembekpanga, Sous-préfet de ladite localité.

Au cours d’un point de presse animé le vendredi 25 septembre 2020 à Bangui, Jean Ulrich Sembekanga a rassuré que les trois (3) prisonniers dont deux policiers et un militaire kidnappés par les éléments des 3R d’Abbas Sidiki, sont tous en vie.

Par conséquent, ils sont toujours dans les mains de ces malfrats basés dans la Sous-préfecture de Ngaoundaye, fuyant les opérations « A la Londo » lancées conjointement par la MINUSCA et les Forces Armées Centrafricaines (FACA) contre la position des 3R à Koui dans l’Ouham-Pendé.

« Je suis allé jusque-là bas voir leurs conditions de vie. Non, ils sont dans un état normal avec l’élément des  FACA qu’ils avaient mis la main sur lui vers Bocaranga. Tous les trois sont là. Mais la seule chose, il faut que le gouvernement trouve une solution la plus rapide pour les libérer», a dit l’autorité de Ngaoundaye.

Selon lui, c’est un signal de détresse à l’endroit des autorités gouvernementales et à la MINUSCA de trouver une piste d’attente avec les 3R afin de favoriser la libre circulation des biens et de la population dans sa zone de gouvernance. Car, la présence des groupes armés 3R dans la localité empêche la population à vaquer à ses occupations.

Entretemps, les éléments des groupes armés 3R d’Abbas Sidiki exigent la libération des trois de leurs frères d’arme arrêtés et transférés à Bangui par les forces de la gendarmerie de Ngaoundaye en échange avec ces forces de la défense et de sécurité prises en otage.

Alors que le mouvement des 3R est l’un des quatorze groupes armés signataires de l’accord politique pour la paix et la réconciliation du 06 février 2019 à Bangui. Malheureusement, il continue à violer ledit accord.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires