RCA: désaccord entre l’ISM AFRICA et ses étudiants en fin de cycle

0
483
centrafrique-ism-africa-ndjoni-sango
Les étudiants de l'ISM Africa à Bangui @photo page facebook ISM Africa

Par Samson YANGONGO

Bangui 5 novembre 2020—(Ndjoni Sango) : A plus de quelques semaines des élections législative et présidentielle, un problème se tient au mât du drapeau concernant une histoire reliant l’université de Bangui et un institut privé dénommé ISM AFRICA, Institut de Sciences de Management ainsi que les étudiants dudit Institut.

L’affaire remonte suite à une revendication du côté des étudiants en 3ème année, qui tiennent à conclure leurs études tout en préparant leur soutenance au niveau de la licence.

Selon certains propos récoltés auprès de quelques étudiants :  « Nous avons parfaitement le droit de nous mettre en cause les revendications qui relatent à une présentation d’une copie de l’agrément de l’ISM AFRICA, Institut de Sciences de Management avant notre soutenance. Ensuite, une certification de l’université de Bangui reconnaissant la licence composée à l’ISM AFRICA, le report de la date de soutenance, l’augmentation des frais de droit de la soutenance à un prix exorbitant qui est élevé à 100.000f CFA, revue des frais de rattrapage signifié à 5000f par matière et quelques explications sur les droits de Travaux Pratiques et Travaux Dirigés ».

D’après certaines sources anonymes et concordantes recueillis auprès de l’université de Bangui, l’Institut privé l’ISM AFRICA n’est point reconnu sur le plan national. C’est donc un « institut fantôme », selon une source universitaire.

Cela est dû à un manque de participation professionnelle au niveau du ministère de l’enseignement supérieur et quelques régularisations de certains frais imposés au niveau de l’université de Bangui. C’est en quelque sorte, une incompétence du ministère de l’enseignement supérieur qui devrait veiller à la réglementation des établissements et instituts privés qui se créent dans le pays.

Selon le chef de service, l’université de Bangui ne peut organiser que des examens des instituts ayant un agrément.

Le Président fondateur de cet institut ayant senti une menace du côté de ses étudiants en 3ème année, s’est précipitamment présenté au niveau de la Compagnie Nationale de Sécurité (CNS) afin de saisir la justice concernant cette histoire. La CNS sera-t-elle à la mesure de trancher cette affaire éducationnelle ?

Va-t-elle agir dans le bon sens ? Va-t-elle défendre la cause de ces étudiants ? Vu que l’avenir d’une nation c’est la jeunesse et l’éducation de la jeunesse est avant toute chose.

Affaire à suivre….

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments