RCA : la Présidence de la République prie François Bozizé « d’avoir pitié du peuple »

0
672
Centrafrique-Albert-Yaloké-Mokpème
Albert Yaloké Mokpème, porte-parole de la présidence centrafricaine@photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 25 novembre 2020—(Ndjoni Sango) : La Présidence de la République centrafricaine via son porte-parole Albert Yaloké Mokpème, a rigoureusement réagit face aux ménages de guerre de l’ancien président François Bozizé. En se réservant de toute action à la justice, la Présidence de la République prie le président fondateur du parti KNK d’avoir pitié du peuple centrafricain.

La réaction de la Présidence de la République n’a pas tardé suite aux déclarations incendiaires du président fondateur du parti KNK. Dans un communiqué signé par son porte-parole Albert Yaloké Mokpème, la Présidence a fermement condamné les propos tenus par l’ancien président François Bozizé tout en priant de s’abstenir de tout acte de provocation.

« La Présidence de la République prie l’ancien président François Bozizé Yangouvonda d’avoir pitié du peuple centrafricain qui a tant souffert des conséquences de manipulations politiciennes, de mettre ses riches et solides expériences politiques au service de la paix, de la réconciliation nationale et du développement du pays, en s’abstenant notamment de tout propos incendiaire et de tout acte de provocation de nature à plonger le pays dans le chaos », lit-on dans le communiqué présidentiel de trois pages. 

L’eau qui a débordé le vase créant ainsi une tension politique entre la Présidence de la République et l’ancien président Bozizé, découle de l’incident survenu le 21 novembre dernier au palais de l’Omnisport à Bangui, lors des funérailles de la défunte épouse de l’homme politique Jean Serge Bokassa.

L’incident s’est produit entre les éléments du Groupement Spécial Protection républicaine et les éléments de sécurité de Bozizé. Face au refus d’obtempérer, les éléments du Groupement spécial ont désarmé ceux de la sécurité de l’ancien président dont certains ne sont pas, d’après le communiqué, affectés à la sécurité de ce dernier.

Après l’incident, l’ancien président a fait des déclarations pour se faire passer pour une victime, en proférant des menaces à l’endroit du président de la République, Faustin Archange Touadera.

A travers son communiqué de presse, la Présidence de la République a démenti les contrevérités de l’ancien président et le met en garde contre tout acte de provocation sous peine de poursuite judiciaire.

0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments