RCA: Wahid Abdoul, candidat indépendant aux législatives dans le 3e arrondissement de Bangui

0
521
Wahid-Abdoul-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Wahid Abdoul, candidat indépendant aux législatives dans le 3è arrondissement de Bangui

Interview exclusive

Interview réalisée par Thomas KOSSI et Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 25 novembre 2020—(Ndjoni Sango) : Dans une interview exclusive accordée à Ndjoni Sango à la date de mardi 24 novembre 2020, Wahid Abdoul, répond aux différentes questions sur sa candidature dans la première circonscription du 3ème arrondissement de la ville de Bangui.

 Ndjoni Sango : Bonjour, pouvez-vous vous présenter à ceux qui ne vous connaissent pas encore?

Wahid Abdoul : Bonjour Monsieur le journaliste, je réponds au nom de Wahid Abdoul, natif du 3ème arrondissement et en même temps, vice-président du Groupement des Transporteurs Centrafricains (GTC), Conseiller au sein de la Fédération des transporteurs de la CEAC.

NS : Aujourd’hui, le pays va vers des élections groupées. Il y’aura la présidentielle et les législatives, vous prétendez faire quoi exactement dans ces deux types d’élections ?

W.A : Je me suis prononcé comme candidat indépendant aux législatives du 27 décembre 2020 dans la 1ère circonscription du 3ème arrondissement. Et je dois focaliser ma candidature à la députation, alors il est hors de question que je prenne une position par rapport à un autre leader politique. Et je serai prêt à travailler avec le président qui sera élu par le peuple centrafricain sans distinction.

NS : Vous êtes candidat de la 1ère circonscription du 3ème arrondissement, quelle est donc votre vision politique pour la population de votre localité ?

W.A : Le chantier est vaste, ma première préoccupation est de chercher à ramener nos frères chrétiens et musulmans qui ont abandonné leurs maisons à cause des récentes crises militaro-politiques. Cette population autochtone se trouve dans des quartiers tels que : Karangondo, Ngoulekpa, Kéténgoussa, Boeing, Caramel, ainsi de suite, de les faire revenir chez eux afin qu’il y’ait la cohésion sociale. Ma deuxième vision politique pour cette population, est de me battre pour reconstruire les lieux de cultes qui ont été détruits pendant les troubles.

NS : Merci bien, vous aviez parlé tout à l’heure de la cohésion sociale, c’est-à-dire le vivre ensemble, la bonne entente entre les communautés alors, on a connu des moments où le pays a été vraiment troublé, qu’est-ce que vous en pensez ?

W.A : Vous savez il  y’a des hommes politiques qui ont utilisé les uns contre les autres pour arriver à leurs objectifs et aujourd’hui, c’est le pays qui souffre. Personne n’a gagné dans cette bataille au contraire c’est le pays qui a perdu. Lorsqu’on tire une seule arme, le pays recule 20 ans en arrière, donc, je pense qu’il est temps pour nous tous de nous asseoir et cultiver la cohésion sociale et  le vivre ensemble.

NS : Dans ce cas, qu’est-ce que vous entendez par être député ? Cette conception de député, qu’est-ce que vous comprenez par-là ?

W.A : Un député est d’abord un législateur, c’est quelqu’un qui vote et propose une loi qui interpelle le Gouvernement à proposer une loi.

NS : Alors, dans ce cas, vous serez législateur, et vous allez travailler avec le candidat élu par le peuple pour diriger la RCA. Ceux qui vous ont déjà précédé, qu’est-ce que vous estimez de la manière avec laquelle ils ont eu à travailler ?

W .A : Oui monsieur le journaliste, à propos de ceux qui m’ont précédé ce n’est pas à moi de les juger car je ne suis qu’un simple électeur comme eux, donc il appartient plutôt à la population du 3ème arrondissement de les juger. Comprenez que ce n’est pas à moi de prendre des positions positives ou négatives sur ces derniers.

La population de ce secteur est censée porter des jugements sur leurs projets de société, comment ils ont géré cet arrondissement. Est-ce qu’ils avaient réalisé leur profession de foi ou non ; ce sont là quelques problématiques que les habitants de la 1ère circonscription du 3ème arrondissement doivent poser à mes prédécesseurs.

NS : Alors, si jamais vous êtes élu député de cette circonscription, quelle serait votre première attention ?

W.A : Ma première attention portera sur la jeunesse, c’est-à-dire, de discuter avec elle, ensuite les femmes, les sages et chercher à rassembler tout le monde et faire asseoir la quiétude sociale et la sécurité dans ma localité pour qu’il y’ait le calme. Et au fur et à mesure, nous allons travailler secteur par secteur car le 3ème arrondissement est vaste, les problèmes se varient d’un quartier à un autre. Vous conviendrez avec moi qu’il est difficile pour un candidat de dire que le discours doit changer par rapport à  chaque quartier où un député doit mettre sa cellule, des bases ou son association de soutien. Par exemple, le problème qui se trouve au quartier Fondo n’est pas le même à Boulata, à Ramandji ou ailleurs.

NS : Que comptez-vous faire pour la jeunesse de votre localité ?

W.A : Mais la jeunesse est abandonnée à elle-même. Il y’a des jeunes désœuvrés sans emplois qui chôment dans les quartiers. Le manque des écoles publiques, il y’a beaucoup des écoles privées qui ont inondé le pays et certains parents n’ont pas les moyens de pouvoir scolariser leurs enfants dans ces établissement privés. Alors pour cela, nous devrions discuter avec le gouvernement et les enseignants afin que les établissements publics puissent refaire surface pour permettre à tous les enfants d’avoir un avenir meilleur et avec ça nous aurons des cadres pour bâtir notre pays.

NS : Quel est votre dernier mot par rapport aux élections groupées du 27 décembre 2020 ?

W.A : Ce que je peux dire est que je demande aux habitants de la 1ère circonscription du 3ème arrondissement de voter pour le numéro 3 dont je suis le candidat. Je ne cherche pas à faire la politique-politicienne. J’ai envie de travailler afin de laisser de bonnes traces derrière moi et je souhaiterais faire de très belles choses car il arrivera un moment où je ne serai pas député mais un simple citoyen lambda comme tout le monde dont les gens vont penser aussi à moi.

NS : Avez-vous un slogan par rapport aux arguments avancés ?

W.A : Oui bien sûr, mon slogan est « Voyons l’avenir et bâtissons notre pays »

NS : Aviez déjà des partenaires financiers qui vont vous aider à réaliser vos projets d’avenir pour la 1ère circonscription du 3ème arrondissement ?

W.A : Oui tout à fait, un tel projet nécessite des appuis financiers car une seule personne ne peut pas tout faire. L’union fait la force. Il y a des bailleurs qui sont dans l’ombre et je ne peux pas citer leurs noms donc j’ai des partenaires et amis qui sont près à me financer et aussi à contribuer dans la réalisation de mes ambitions politiques pour ma circonscription.

NS : Un dernier mot par rapport à vous-même, vos collègues avec lesquels vous allez vous battre pour le peuple centrafricain?

W.A : Le jour où je serai élu député de ma circonscription, je demanderai à la population du 3ème arrondissement précisément de ma localité de voter pour ma modeste personne. Je suis le candidat numéro 3 et j’ai une appartenance politique par le passé auquel je me suis vraiment attaché. C’est le « Social-démocrate » ce qui veut dire que je suis un socialiste appelé à faire du social comme mon nom l’indique Abdoul, ça veut dire serviteur, près à servir mon pays.

NS : Vous êtes au nombre 23 candidats et vous êtes le 3ème candidat, le combat sera rude comment vous allez vous y prendre ?

W.A : Notre effectif ne m’importe guerre mais le plus important est ce que je propose à cette population pour quelle puisse me voter afin de les représenter et  défendre leurs intérêts au parlement. Le plus important pour moi c’est ma philosophie politique.

NS : Nous vous remercions monsieur Wahid Abdoul, pour le temps que vous nous aviez accordé

W.A : Tout le plaisir est pour moi de vous remercier

2 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments