RCA: la CEEAC condamne les attaques armées violant l’accord de Paix

0
849
François-Bozizé-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
L'ancien président François Bozizé et des éléments rebelles au nord de la RCA pour illustration

COMMUNIQUE CEEAC 

 Le Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur Gilberto Da Piedade VERISSIMO, a suivi avec une grande consternation et indignation les attaques simultanées des groupes armées de la « Coalition des Patriotes pour le Changement » (CPC), le 13 janvier 2021 contre la ville de Bangui, et qui se sont soldées, entre autres, par un mort et un blessé dans les rangs des casques bleus du contingent rwandais de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations pour la Stabilisation en Centrafrique (MINUSCA).

Le Président de la Commission de la CEEAC condamne fermement ces attaques qui violent les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paix et de Réconciliation du 6 février 2019 et marquent un recul au regard des efforts de consolidation de la démocratie et de la paix en cours en République Centrafricaine (RCA) depuis la fin du cycle électoral de 2016.

Tout en s’inclinant devant la mémoire du vaillant soldat de la paix héroïquement tombé sur le champ d’honneur, en saluant le courage de celui blessé pour défendre le droit du peuple centrafricain à vivre dans la liberté et la paix, et en lui souhaitant un prompt rétablissement, il présente, au nom de toute la Communauté, ses sincères condoléances à la MINUSCA, au Gouvernement rwandais et à la famille endeuillée.

Il rappelle aux chefs des groupes armés coalisés au sein de la CPC et leurs parrains politiques leur responsabilité individuelle au regard des conséquences de leurs actes face au droit international, conformément à la Déclaration de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC sur la situation en RCA du 26 décembre 2020.

Le Président de la Commission de la CEEAC saisit cette triste occasion pour rappeler l’impérieuse nécessité du principe de la résolution pacifique des différends consacré par le droit international et appelle une fois de plus toutes les parties centrafricaines à mettre fin sans tarder aux hostilités et à la violence qu’elles engendrent, afin de s’engager résolument dans un dialogue politique constructif et salvateur pour la RCA dont l’organisation communautaire se porte garant et qu’elle s’est engagée à faciliter.

1 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments