RCA: Etat d’urgence instauré durant 15 jours

1
1686
Etat-urgence-ndjoni-sango-centrafrique
Parade militaire du Président centrafricain Faustin Achange Touadera durant la célébration de l'indépendance de la RCA 13 août 2020 à Bangui @crédit photo Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui  21 janvier 2021—(Ndjoni Sango) : Face à la situation sécuritaire inquiétante qui prévaut en ce moment, les autorités de Bangui vient d’instaurer un état d’urgence sur l’ensemble du territoire national. Un décret présidentiel vient d’être lu sur les ondes de la radio nationale  concernant l’Etat d’urgence pour une durée de 15 jours.  

De plus en plus, les autorités centrafricaines prennent des dispositions sécuritaires pour étouffer la menace de la nouvelle coalition rebelle CPC qui tente par tous les moyens de déstabiliser les institutions républicaines.

Après l’instauration du couvre-feu de 18h à 5h, l’interdiction de circulation des mototaxis, vient maintenant une autre mesure sécuritaire.  Il s’agit, cette fois-ci, de l’Etat d’urgence sur l’ensemble du territoire national.

« Le président de la République, sur le rapport du ministre de la défense nationale et de la reconstruction de l’armée, après avis du conseil des ministres, du bureau de l’assemblée nationale, et du président de la cour constitutionnelle, décrète : l’article 1er, l’Etat d’urgence est proclamé sur tout le territoire national pendant une durée de 15 jours », l’extrait du décret présidentiel lu à la radio par le ministre conseillé et porte-parole de la présidence, Albert Yaloké Mokpème.

L’Etat d’urgence concerne les atteintes graves à la sureté de l’Etat et à l’ordre public. Cette nouvelle mesure qui va durer 15 à compter de 21 janvier, renforce désormais le pouvoir de l’Etat dans son intervention à maintenir la paix et la stabilité. Cela peut impliquer l’interdiction de circulation, de réunion et de fréquentation de certains lieux.

Joint au téléphone par Ndjoni Sango, le ministre porte-parole de la présidence, a laissé entendre que l’instauration de cet Etat d’urgence permet au gouvernement de contenir les menaces sécuritaires qui pèsent sur la population et les institutions de la République.

A travers cette mesure, les perquisitions et les arrestations peuvent se faire, a indiqué Albert Yaloké Mokpème, sans le mandat du procureur de la République. A en croire le ministre conseiller, la proclamation de cet Etat d’urgence, une première depuis l’arrivée au pouvoir du président Faustin Archange Touadera, vient suite aux informations recueillies auprès des combattants détenus de la coalition rebelle CPC ayant lancé avec échec une double attaque à la périphérie de Bangui le 13 janvier 2021.

Toutefois, le ministre conseiller à la présidence précise que ces perquisitions et arrestations se font dans le respect des droits et de la liberté de l’homme.

L’instauration cette mesure va de nouveau renforcer les mesures et les dispositions sécuritaires prises par les autorités de Bangui pour étouffer les menaces des groupes armés coalisés de CPC.

4.8 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ngoma
ngoma
1 mois il y a

merci de nous mettre au parfum de la situation qui prévaut dans notre pays je vous jette des fleurs pour vos efforts consenti et sans relache
aux hommes soit disons démocrate notre pays s’il sont vraiment des centrafricaines qu’ils cessent leurs égoïsmes leurs démagogie qu’ils ouvrent les yeux les autres on évolué on nous considère pas a cause deux