RCA: Ali Darassa perd le contrôle des combattants de l’UPC

0
1825
Ali Ndarass, le leader du groupe rebelle UPC - Centrafrique
Ali Ndarass, le leader du groupe rebelle UPC entouré de ses éléments

Par Leïla MBONGUI

Bangui 16 février 2021—(Ndjoni Sango) : Le chef du groupe armé l’Unité pour la paix en СCentrafrique (UPC), Ali Darassa, perd de sa crédibilité auprès des combattants et partisans de l’UPC. L’offensive des forces armées centrafricaines et alliées a déstabilisé le mouvement ce mercenaire nigérien.  

C’est un fait bien connu et publié dans de nombreux médias qu’à Bambari, les groupes armés de l’UPC collectaient des redevances illégales auprès de citoyens ordinaires et d’entrepreneurs. Les habitants de Bambari qui ont refusé ou n’ont pas pu rendre hommage aux bandits de l’UPC ont été soumis à la violence et à la torture.

Les crimes les plus atroces de l’UPC ont été commis contre des femmes et des enfants. Les bandits ont violé des femmes en présence de leurs familles et de leurs proches.

Selon les informations présentées par la police, hier 15 février, Ali Darass a quitté Bambari dans une de 4 voitures en direction du nord. Dans le même temps, le chef de l’UPC a abandonné ses combattants et partisans, en s’enfuyant de manière inattendue.

Les combattants locaux de l’UPC ont immédiatement réagi à la nouvelle et ont dévalisé la maison où vivait Ali Darass.

Selon une source proche de l’UPC, l’adjoint d’Ali Darassa a cessé de communiquer avec le chef de l’UPC car il est malade et il pue. Apparemment, Ali Darass, âgé de 55 ans, perd enfin le contrôle de la gestion des groupes armés de l’UPC opérant à Bambari et dans la Ouaka.

Les rumeurs de sa mort reposent sur sa terrible maladie ou sur une blessure grave, suivie de la pourriture de la plaie d’où émane la plus forte odeur.

Ali Darassa a de bonnes relations avec le contingent mauritanien de la MINUSCA basé dans région de Bambari. Et de surcroît, selon des rumeurs circulant à Bambari, le chef du contingent mauritanien de la MINUSCA est un ami proche d’Ali Darass.

Quelqu’un prétend même qu’il s’agit de parents éloignés, sinon de son beau-frère. Les combattants de l’UPC se replient maintenant derrière la population civile en utilisant en particulier les femmes et les enfants locaux comme boucliers humains.

De nombreuses personnes armées se cachent dans les mosquées et prennent les habitants en otage. Les FACA et les alliés doivent libérer les otages et leur fournir l’assistance médicale et divers soutiens.

4.3 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments