RCA: la CPC, l’offensive des FACA, le dialogue, et la capitulation

0
890
rebellion-cpc-ndjoni-sango-centrafrique
Les leaders des groupes rebelles de CPC dont l'ancien président François Bozizé

Par Mamadou NGAÏNAM

Bangui 20 février 2021—(Ndjoni Sango) : Le 16 février dernier, accompagné des FACA et d’instructeurs russes, le premier convoi de camions transportant des denrées alimentaires en provenance du Cameroun est arrivé à Bangui.  Or, les rebelles de la CPC ont bloqué la route RN3 sur l’axe Beloko – Bangui, en annonçant ainsi un blocus aux habitants de la RCA.

Après ces événements, les prix des produits alimentaires et des produits ménagers ont  considérablement augmentés. De nombreux Centrafricains ont commencé à se mourir de faim.

Plusieurs camionneurs qui avaient décidé de transporter des marchandises du Cameroun à Bangui ont été mitraillés par les rebelles du CPC et blessés. Notons également que plusieurs camions de vivres et de médicaments ont été pillés par des groupes armés de la CPC.

Les soldats de la MINUSCA, qui accompagnaient initialement les convois de camions, ont été tirés dessus par les rebelles de la CPC. Après cela, la circulation sur l’axe Béloko-Bangui a presque complètement cessé. Dans le même temps, des groupes armés de la CPC ont attaqué des convois humanitaires, les ont pillés, ont volé des véhicules et ont tué des habitants locaux.

Les rebelles de la CPC se sont comportés comme de vrais criminels et bandits. L’offensive rapide des FACA, soutenus par les militaires russes et rwandais, a forcé les rebelles de la CPC à se retirer et à se cacher dans les forêts. Mais la violence et les meurtres de la population locale n’ont pas cessé.

De plus, les criminels et les bandits de la CPC ont déclaré qu’ils représentaient une force politique, une opposition au gouvernement, prête à dialoguer et à négocier avec la médiation de la CEEAC.

Les Centrafricains se sont massivement opposés au dialogue avec les groupes armés de la CPC. En quelques jours, plus de 50 000 habitants sont descendus dans les rues de Bangui pour s’opposer au dialogue avec les bandits qui terrorisent les Centrafricains.

Les Centrafricains ne font plus confiance aux groupes armés qui poursuivent leurs objectifs criminels, ne font plus confiance à leurs leaders qui recrutent des mercenaires tchadiens et soudanais à s’emparer de villages et de villes pacifiques d’Afrique centrale.

Les Centrafricains veulent la paix et la sécurité. Ils veulent vivre dans un pays où il n’y aura pas peur des groupes armés illégaux qui établissent leurs propres lois et règles. Les groupes armés de la CPC doivent être complètement éliminés et les criminels doivent déposer les armes et être traduits en justice.

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments