RCA: « La Russie devrait s’engager plus activement dans la résolution des problèmes de sécurité» Yao Agbetse

0
143
Yao Agbetse, cherceur indépendat international

Par Mamadou NGAÏNAM

Bangui 7 mars 2021—(Ndjoni Sango) :Yao Agbetse, avocat et chercheur en droits de l’homme s’est prononcé sur l’actualité centrafricaine. Le chercheur a dans son analyse souligné l’intervention de la Russie relative à la sécurité en République centrafricaine.

On espérait que les élections en République centrafricaine (RCA) renforceraient la démocratie dans le pays. Au lieu de cela, le vote du 27 décembre 2020 a conduit à la reprise du conflit ouvert.

À la suite d’un vote où le Président Faustin-Archange Touadéra a officiellement obtenu un second mandat avec 53%, les combats armés ont forcé plus de 107 000 personnes à fuir vers les pays voisins et ont fait environ 100 000 de personnes déplacés.

De plus en plus de mercenaires étrangers s’infiltrent en République centrafricaine pour exacerber les tensions, intensifier la violence, mener des activités subversives et déclencher des hostilités sur le terrain.

Le 21 février, un groupe rebelle la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) a publié un communiqué appelant ses forces à récupérer toutes les villes libérées par les FACA. L’organisation a annoncé la fin de la libre circulation (même pour le Comité international de la Croix-rouge (CICR)) dans les localités sous son contrôle sans autorisation.

La CPC a manifesté avoir déclaré la guerre au gouvernement centrafricaine et que l’objectif des rebelles était de renverser le président Faustin-Archange Touadéra. Grâce aux FACA formés par des instructeurs russes et des alliés rwandais, l’avancement des mercenaires de la CPC a été arrêté et ils subissent des pertes.

Cependant, ils continuent à terroriser les civils. Des informations à ce sujet proviennent de différentes parties du pays. Les habitants auraient été extorqués, pillés, violés et enlevés. Ils ont également été contraints de rejoindre des groupes armés par la force et ceux qui refusaient ont été torturés et certains ont reçu des coups de feu aux pieds.

La CPC continue à recruter des enfants mineurs dans ses rangs et de les utiliser comme boucliers humains. Les alliés de la RCA, la Russie et le Rwanda, ont apporté un grand soutien à la lutte contre les rebelles et au rétablissement de la paix.

Faiblesse de la Minusca

Le personnel de l’ONU en RCA (MINUSCA) a montré sa faible efficacité dans la résolution de la crise dans le pays. Plus de 12 000 éléments de la MINUSCA coûtent environ 1 milliard de dollars par an à la communauté internationale et ne contribuent pas au rétablissement de la paix en RCA.

En outre, les activités de la MINUSCA dans le pays sont controversées. En particulier, l’organisation évacue les leaders rebelles des points chauds où ils investissent ses bases.

Il serait utile d’impliquer davantage la Russie dans la résolution des problèmes de sécurité en RCA, et peut-être dans d’autres pays de la région. La Russie a une expérience unique de participation réussie aux opérations de maintien de la paix dans le monde entier.

Après la guerre en ex-Yougoslavie, la Russie aide des missions de maintien de la paix à résoudre toutes les crises humanitaires. Le sommet Russie-Afrique de l’année 2019 a confirmé les liens amicaux du continent africain avec la Russie.

Il est à noter qu’en RCA, il existe une organisation où les instructeurs russes travaillent régulièrement. Leur tâche principale est d’améliorer la formation militaire des forces armées centrafricaines. Les spécialistes ont pu former rapidement les soldats des FACA, ce qui a permis au gouvernement de créer une armée nationale efficace prête à protéger la nation et ses intérêts.

Le Président Touadéra et le gouvernement centrafricain ont clairement indiqué qu’il était dans l’intérêt du peuple d’amener la guerre à la victoire sur les rebelles.

Tous les groupes seront éradiqués et leurs chefs traduits en justice. Cela a été ressenti par la population centrafricaine, comme en témoignent les manifestations régulières de milliers d’habitants en faveur de Touadéra à Bangui.

L’escalade de la violence a aggravé la situation humanitaire dans un pays riche en minéral. Selon les Nations Unies, au moins 2,8 millions de personnes, plus de la moitié de la population du pays, ont besoin d’aide et de protection.

3 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments