RCA: l’envoi d’une correspondance de la « génération consciente » à Antonio Guterres via DHL

0
182
ONU-ndjoni-sango-centrafrique
Alain Patrick Dekoma coordonateur de la plateforme Génération consciente @crédit photo Prince Nzapaoko

Par Prince NZAPAOKO

Bangui 15 avril 2021— (Ndjoni Sango) : La plateforme dénommée Génération consciente a adressé une correspondance ce jeudi 15 avril 2021, par le biais de DHL au secrétariat général des Nations-unies d’Antonio Guterres. Elle veut rappeler au Secrétaire général, la mission des forces onusiennes en République centrafricaine et également, dénoncer certains propos dérisoires faites par certains experts de ladite mission à l’encontre du peuple centrafricain.

Le contenu de ces différents courriers parle de différentes revendications faites par les Centrafricains de différentes périphéries de Bangui. La  population civile est victime des crises militaro-politiques et des exactions faites par les troupes rebelles, ainsi que le comportement déloyales et déplorables des contingents de la Minusca dans ces recoins de la capitale face aux forces négatives que sont les groupes armés.

Le but de cette correspondance est de dénoncer les mensonges faites par certains personnels des Nations unies, a fait savoir Alain Patrick Dekoma, Coordonnateur de ladite plateforme :

« La génération consciente a adressé ce courrier à Antonio Guterres, pour lui faire part des mensonges de certains experts et personnels des Nations unies qui restent dans des hôtels de la place et dans des bureaux pour faire des allégations non fondées. En lisant ces courriers, il va comprendre les réalités qui se passent ici. Ils font des allégations contre nos alliés qui sont les Russes et les Rwandais qui nous ont défendus face aux forces du mal qui sont les groupes rebelles. Pour leur créer des problèmes, le peuple centrafricain n’est pas d’accord du tout avec ce que font ces experts de la Minusca. Alors c’est à nous de les soutenir, de dire la vérité, de soutenir également nos Forces Armées Centrafricaines qui sont encore au front pour défendre notre pays en mettant hors d’état de nuire ces forces négatives, afin que chaque centrafricain puisse vaquer librement à ses occupations sans avoir la peur au ventre», a-t-il déclaré.

« La mission des forces onusiennes est une mission de retour de la paix et non une mission de maintien de la paix. Le peuple a plutôt besoin du retour de la paix du moment où nous sommes attaqués. Donc, la Minusca doit faire la guerre. C’est inadmissible de ramener les groupes armés dans ce dialogue. Comme nos alliés font bien leur travail qui consiste à chasser ces groupes rebelles dans nos provinces, alors, ils sont contre eux et  voilà pourquoi ils font toutes ces magouilles pour les démotiver afin qu’ils rentrent chez eux. Mais on dit non. La souveraineté et la Constitution de notre pays nous autorisent à choisir un allié qui joue franc-jeu pour nous venir en aide en cas d’attaque et c’est ce que le gouvernement a fait et ce n’est pas à la France ni aux Etats- unis de nous dicter des choses. C’est fini.  On n’en veut plus.  Le peuple dit non »,a-t-il conclu.

A titre de rappel, ces courriers proviennent des villes suivantes : Bouar, Nièm-Yelewa et autres villes du pays qui ont subi la barbarie des groupes armés pendant la crise post-électorale.

Jusqu’alors, plusieurs manifestations à travers des marches pacifiques, continuent de se faire à l’exemple du mouvement dénommé, Collectif 28-29 contre la déclaration faite par le représentant du Secrétaire général des Nations-unies à Bangui, Mankeur Ndiaye sur les ondes de la RFI.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments