RCA: des résultats du second tour et partiel des législatives validés et invalidés par la Cour constitutionnelle

0
153
Cour-constitutionnelle-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Les juges de la Cour Constitutionnelle en RCA

Par Marly Pala

Bangui 19 avril 2021—(Ndjoni Sango) : Après les résultats provisoires des législatives partielles et du second tour, proclamés par l’Autorité nationale des élections, c’est le tour de la Cour constitutionnelle de les valider pour certains et invalider pour d’autres. La délibération a eu lieu le lundi 19 avril dans la salle d’audience de la Cour de Cassation en présence de plusieurs magistrats et représentants de certains candidats.

La République centrafricaine a abrité le 27 décembre 2020, des élections groupées, présidentielle et législatives. Mais ces élections n’avaient pas eu lieu dans certaines circonscriptions à cause de l’insécurité. C’est pour cette raison, que l’Autorité nationale des élections a organisé le 14 mars dernier, le scrutin législatif du second tour et partiel pour ces zones où il n’y a pas eu ces élections.

Après la proclamation provisoire faite par l’ANE, c’est le tour de la Cour constitutionnelle de donner le dernier verdict. Ce qui a été fait. Mais certaines circonscriptions  reprendront le vote suite à l’annulation des échéances dans leurs localités.

A cela, Danielle Darlan, présidente de la Cour constitutionnelle ordonne à l’Autorité nationale des élections d’organiser le scrutin en ces termes : « Les élections législatives sont annulées dans les circonscriptions de Kémo à Dékoa, dans l’Ouham à Nana-Bakassa 1 et Nanga-Boguila, dans l’Ouham-Péndé à Bozoum 1 et 2. A cet effet, l’Autorité nationale des élections doit organiser le scrutin dans ces circonscriptions où les votes n’ont pas eu lieu conformément aux exigences constitutionnelles et légales. Mais aussi dans les circonscriptions où les votes ont été annulés », a-t-elle déclaré.

Elle a par ailleurs poursuivi que le ministre des finances et du budget se doit de rembourser la caution aux candidats déchus aux législatives, ayant obtenu au moins 10% des voix dans leurs circonscriptions.

Il convient de rappeler que cette délibération intervient à quelques jours de la rentrée parlementaire, prévue le 3 mai prochain alors que le nombre des élus n’a pas encore atteint 140 prévus par la Constitution de la République centrafricaine.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments