RCA: les états de route remis au gouvernement indépendant par les puissances coloniales

1
199
Etat de la route entre Obo et Mboki dans Préfecture du Haut-Mbomou à l'est de la RCA @crédit photo Minusca

Par Thomas KOSSI

Bangui 28 mai 2021—(Ndjoni Sango) ; L’ancienne communauté centrafricaine jouant avec son indépendance, garde par devers elle, tous les attributs du temps colonial. Ainsi, l’Ecole, l’Administration, l’Hôpital, tous ces éléments remontent à l’époque où le Blanc sévissait. Depuis cette disparition de la chose publique occidentale, qu’avons-nous de neuf en ce qui concerne la chaussée ?

Trop peu, sera-t-on fier de le dire. Mais encore, avec le concours du maître venu de l’autre côté du fleuve énorme. Malheureusement, bien de choses vont dans le sens du mal car, depuis cet avènement, l’effort national joue à la bille comme de petits gamins. La force de faire entièrement le bien échappe du concours à réaliser tant les ingrédients font défaut.

Alors, l’on s’appuie sur les rigolades pour travailler le pays qui est notre première richesse. Des termes que ces Européens auront oubliés il y a des centaines d’années, nous les remettons sur céans, à l’exemple de concussion, pouvoir, et un tralala de consort.

Les routes qui renferment la matrice des voies de communication, sont délaissées et attendent aujourd’hui que les ONG internationales se mettent en rang, pour une réussite pas comme nous l’aurons voulu être.

Tout provient de chez eux tant la puissance de travailler les outils, le fer, etc, est de leur côté. Vu également que le Q.I vient de chez eux, et donc, leur présence impacte beaucoup le progrès et la croissance des pays ayant  sortis de leur griffe.

Un Centrafrique sans débouchée, que deviendra-t-il si les partenaires occidentaux ne s’y précipitent pas ? Ils ont su que leur partenariat est de taille et qu’avec eux, le loisir de pousser le pays aussi loin que cela, fera le bonheur d’un Centrafrique nouveau et beau.

La République centrafricaine, qu’on le souhaite ardemment, œuvre comme elle peut avec les différentes structures, l’Assemblée nationale en premier lieu, pour que les accords sur la construction des routes et autres choses fassent la paix au cœur. Comme la sécurité, les multiples voies de communication dont le pays regorgera, facilitera le passage entre la capitale et l’arrière-pays, les centres de l’intérieur se parleront de mieux en mieux, pour la paix à jamais retrouvée.

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
3 mois il y a

Ces puissances mafieuses et génocidaires de l’occident veulent nous prendre des idiots. Il est temps que nous levons tous pour aider à construire le Centrafrique avec l’apport de la Russie et d’autres pays amis pragmatiques.