Afrique: recrudescence des attaques terroristes, un grand danger pour les états fragiles

0
177
Attaque terroriste au Burkina Fasso

Par Marly Pala       

Bangui 8 juin 2021—(Ndjoni Sango) : Depuis près d’une décennie, l’Afrique subsaharienne fait face à une montée excessive du terrorisme. Mais ces terroristes multiplient des attaques dans lesquelles, ils tuent, vandalisent et provoquent le déplacement forcé des dizaines de milliers de personnes d’une région à une autre. Ce qui représente un grand danger pour les Etats fragiles de la sous-région.

Le Boko-Haram, l’Etat Islamique en Afrique et bien d’autres branches armées, sont des groupes terroristes qui sévissent depuis plusieurs années en Afrique subsaharienne.

Avec des modes opératoires djihadistes, ils sèment la terreur, maximisent des attaques et enlèvent des personnes dans l’objectif de demander des rançons qui leur permettront d’avoir des moyens pour se ravitailler.

Partout en Afrique subsaharienne, les groupes terroristes s’élargissent et s’installent dans plusieurs régions. Malgré des stratégies mises en place par les Etats africains, appuyés par certaines puissances occidentales pour combattre le terrorisme, ces hommes armés continuent d’attaquer, de tuer, de kidnapper et de faire déplacer par milliers, des personnes.

Eu égard à cette montée grandissante des attaques terroristes, on pourra dire avec certitude, que certains Etats de la sous-région ne sont pas à l’abri et courent un grand danger, parce qu’ils sont fragiles.

Aujourd’hui, dans certains pays d’Afrique centrale comme le Tchad, le Cameroun et la République centrafricaine, ces menaces armées deviennent récurrentes et perturbent la restauration de l’autorité de l’Etat.

Voire l’exemple du Tchad avec l’assassinat de son président, le Maréchal Idriss Déby Itno, lors d’une attaque rebelle, et de la Centrafrique, avec la chute du régime du Général François Bozizé en 2013 par la séléka qui, par la suite, a conquis le territoire centrafricain, pour se transformer aujourd’hui à la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) ; aujourd’hui neutralisée à moitié par les forces loyalistes et leurs alliés, suite aux récentes attaques du mois de janvier dernier, perpétrées aux portes de la capitale Bangui.

En somme de ces faits susmentionnés, il faut dire que la montée en puissance du terrorisme dans plusieurs régions d’Afrique subsaharienne, représente un grand danger pour les Etats qui sont encore fragiles en termes d’effectifs et de matériels militaires. Donc, les dirigeants de ces Etats doivent-ils s’unir pour faire face à ces menaces comme certains l’ont fait.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments