Le concept de développement de la République centrafricaine

1
172
Alain Patrick De-Komah, coordonnateur de la plateforme Générale Consciente @crédit photo Prince Nzapaoko

Il est temps de parler du concept de développement de la République centrafricaine

Au cours des 20 dernières années, la République centrafricaine a connu une série de crises politiques et de guerres civiles de grande ampleur, accompagnées de conflits interethniques et religieux.

À la suite d’une série de bouleversements historiques, la RCA, 60 ans après son indépendance juridique du colonisateur, tente toujours d’obtenir une réelle indépendance vis-à-vis de l’ex-métropole. Le colonisateur continue d’essayer de contrôler de manière informelle les domaines clés de la politique et de l’économie par l’intermédiaire de ses proxy leaders des groupes armés illégaux, et en utilisant des outils de pression financière et politique sur le gouvernement de la République centrafricaine via les organisations régionales.

Sous cette pression, la RCA, riche en ressources (naturelles et humaines), doit mobiliser d’énormes efforts et demander de l’aide à ses alliés pour assurer la sécurité physique de ses citoyens et exercer pleinement son droit à la souveraineté économique.

La crise de décembre 2020, lorsque les groupes armés les plus importants et les plus belliqueux, les mercenaires étrangers se sont regroupés sous le commandement de l’ex-président de la RCA François Bozizé, qui leur a promis de l’argent de certains lobbyings ambigües qui se disent proche du colonisateur, des armes importées par les trafiquants d’armes qui font légion dans la sous région, a été un défi critique qui a menacé l’élan du peuple centrafricain.

Mais grâce à la détermination du Président Faustin Archange TOUADERA, l’armée de la République centrafricaine a résisté à une attaque coordonnée des bandits sur Bangui et les a chassés.

La période de décembre 2020 à mai 2021 est devenue déterminante dans la vie de la République Centrafricaine. Elle a bouleversé une longue histoire de coups d’état, de conflits civils et de contradictions. Pour la première fois, le Peuple centrafricain a vu clairement que les hommes et les femmes, les musulmans et les chrétiens, pouvaient se rallier et se battre ensemble contre un ennemi commun: les esprits malsains qui trompent les gens en disant qu’ils sont des amis aux colonisateurs, les assassins et les pillards. Et ayant défendu ensemble notre pays, nous construirons ensemble son avenir radieux.

Dans ce contexte, nous devons définir clairement les priorités du développement futur.

Politique intérieure

Langue maternelle:

Notre langue « Sango » est le fondement de notre culture, capable de rassembler autour d’elle tous les Centrafricains, malgré toutes les altérités.

Nous devons continuer à renforcer l’unité et la conscience nationale de notre Peuple. Pour ce faire, nous devons d’abord populariser notre langue maternelle «Sango»: l’enseigner dans les écoles, traduire les noms des rues de la ville en Sango, encourager la créativité des poètes et des écrivains dans leur langue maternelle.

Valeurs traditionnelles:

La force de notre peuple réside dans sa diversité. Nous avons le devoir de préserver et de maintenir avec soin la culture distinctive de toutes les ethnies de la RCA et de toutes les religions qu’elles exercent.

Pour maintenir l’unité et la compréhension entre tous les représentants du peuple centrafricain, de toutes les ethnies et de toutes les confessions religieuses, il est nécessaire de convoquer un forum annuel des ethnies centrafricaines où chaque voix sera entendue et où toutes les divergences d’opinion seront résolues pacifiquement et dans une atmosphère amicale. Nous n’avons plus le droit de répéter les erreurs du passé dont le prix est trop élevé.

Politique étrangère

La véritable indépendance est la possibilité de choisir des amis qui respectent les aspirations de notre peuple et qui sont prêts à être là dans les moments difficiles.

À ce stade historique, les principaux amis de la RCA sont la Russie et le Rwanda etc. Dans le même temps, notre pays est ouvert à la coopération et prêt à se faire de nouveaux amis, guidés par les principes du respect mutuel et de l’égalité.

Nous avons suffisamment confiance en nos capacités pour ne pas tomber dans le piège de ceux qui offrent du «fromage gratuit», qui ne se trouve que dans une souricière. Nous ne sommes plus prêts à être amis avec tout le monde, parce que tout au long de l’histoire, les puissances régionales et mondiales ont essayé de déchirer la RCA en mille morceaux, de prendre possession de nos ressources, laissant  notre peuple dans la misère. Nous ne pouvons pas laisser cela se reproduire.

À la fin de l’année  2020 – début 2021, le peuple de la RCA a surmonté une crise importante qui menaçait notre Etat. Des forces puissantes, représentées par des groupes armés, leurs commanditaires étrangers et leurs inspirateurs, ont tenté de nous rendre esclaves à nouveau, mais malgré tout, grâce au courage des hommes et des femmes de la République centrafricaine, les ennemis de la paix ont été détournés. Nous avons restauré l’Armée nationale et rétabli l’autorité de l’Etat sur tout le territoire de la République Centrafricaine.   Le Président et le Parlement ont été élus -.

Maintenant, le pays est confronté à la tâche de réaliser le droit déjà énoncé dans notre Constitution – restaurer les organes restants du pouvoir de l’état.

En ouvrant une nouvelle page de notre histoire, nous pensons qu’il est temps d’ancrer dans notre esprit les dispositions suivantes:

  1. Le statut prioritaire de la langue «Sango».
  2. Le statut égal de tous les peuples et confessions habitant en RCA.
  3. De la culture et des traditions. L’identité culturelle de tous les peuples de la République centrafricaine doit être protégée. Préserver et populariser notre culture, notre langue et nos traditions, c’est protéger le pays.
  4. Le nom Beafrica est l’appellation internationale principale de la République centrafricaine. Il faut le faire incérer dans la documentation officielle.
  5. L’inviolabilité des frontières de la RCA. Toute tentative d’intervention sous tous les prétextes doit être sévèrement réprimée par notre armée. Nous devons montrer au monde entier que le peuple Centrafricain aime sa terre et ne cédera pas une pouce aux bandits et aux pillards. Si auparavant la transparence des frontières était utilisée par des marchands malhonnêtes et des contrebandiers, alors maintenant les premiers devront payer des impôts et des droits au budget de la RCA, et les seconds devront se méfier de nos courageux gardes-frontières.
  6. Préserver l’histoire. Nous devons préserver la vérité historique sur la colonisation et la libération de la RCA, l’histoire de nos grands ancêtres et de nos pères fondateurs, car sans le passé, il n’y a pas d’avenir.
  7. Développement des sciences et des technologies. Une attention particulière doit être accordée au développement technologique de la RCA et à l’introduction de la science dans notre système éducatif. Il convient d’élaborer et de mettre en œuvre le programme d’alphabétisation de la population.
  8. Recensement général de la population. Nous devons obtenir des informations complètes sur la composition de la population de la RCA. Cela nous permettra d’allouer efficacement les ressources et de procéder aux programmes socioéconomiques.
  9. Électrification générale. Nous devons veiller à ce que chaque citoyen ait accès à l’électricité, ce qui permettra d’améliorer considérablement sa qualité de vie.
  10. Protection des richesses naturelles. Nous devons utiliser judicieusement nos ressources pour que la nature de la République Centrafricaine soit préservée et transmise aux générations futures. Il est nécessaire de développer et de mettre en œuvre un programme d’étude de notre sous-sol et de nos ressources naturelles, d’établir une interaction active entre les industriels et les scientifiques de nos instituts scientifiques.
  11. Protection des animaux. Il est nécessaire de former dans la société une attitude responsable envers le monde animal de la République Centrafricaine.

Centrafricaines, Centrafricains, avec le Président Faustin Archange TOUADERA, nous pouvons rêver, espérer, travailler, étudier et faire des projets, soyez rassurés que le lendemain est meilleur pour nous tous.

Que Dieu bénisse la RCA, vive la Paix en Centrafrique !

Le Coordonnateur

ALAIN DE-KOMAH Patrick

5 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Judicael Ouikon-Dongongo
1 mois il y a

Excellent texte sauf que vous avez oublié la monnaie nationa le. Nous ne devons pas continuer à remplir les caisses de la génocidaire france qui a tant tué les oubanguiens et centrafricains. Beafrica peut être aussi le nom de la monnaie du Centrafrique.