RCA: l’ONASPORTS fait l’état des lieux des infrastructures sportives publiques de Bangui

0
132
Hervé Sévérin Lidamon Directeur Général de l'ONASPORT @crédit photo Marly Pala

Par Marly Pala        

Bangui 22 juillet 2021—(Ndjoni Sango) : Dans le but de connaître les édifices sportifs fortement dégradés et d’autres parties bradées pour en trouver un palliatif, l’Office National de Promotion et de Gestion des infrastructures Sportives Publiques (ONASPORTS), a effectué une visite des lieux de toutes les installations sportives publiques de Bangui. Cette visite a eu lieu le lundi 19 juillet, sous le patronage du ministère de la jeunesse et des sports.

La République centrafricaine possède de grands espaces mais avec peu d’édifices sportifs. Alors que partout ailleurs, c’est le sport qui est privilégié, car il contribue efficacement au développement d’une nation.

En plus des nombres insignifiants d’infrastructures sportives et leur état de dégradation avancée, certaines de leurs portions sont occupées, voire vendues illégalement à des individus ou sociétés de la place.

Une occasion pour Hervé Sévérin Lidamon, Directeur général de l’ONASPORTS, de décrire les réalités néfastes que connaît cette structure : « Vous savez qu’on a eu un nouveau ministre qui a pris fonction. Et il est  important qu’il puisse toucher du doigt les tristes réalités de l’ONASPORTS. Car, du point de vue externe, les gens pensent que l’ONASPORTS est en mesure d’entretenir les édifices qui sont à sa disposition. Ce qui est contraire, car nous avons de sérieux problèmes. C’est pourquoi, nous avons invité le nouveau ministre des sports pour qu’il puisse venir constater lui-même les difficultés que nous rencontrons au quotidien dans la gestion de ces édifices ; mais aussi, des moyens que nous avons mis en place pour surmonter ces difficultés, afin qu’il puisse transmettre aux autorités afin qu’une solution soit trouvée en faveur de la jeunesse centrafricaine », a-t-il expliqué.

En poursuivant, il précise que l’ONASPORTS ne bénéficie d’aucune subvention de l’Etat, mais ce sont les mini recettes issues des locations des bureaux et des salles de conférence qui font fonctionner cette structure. Alors que les infrastructures sportives sont les plus consommées au monde, car elles attirent la jeunesse et se dégradent facilement par la suite.

La visite de ces lieux intervient alors que plusieurs espaces, appartenant à l’ONASPORTS sont occupés anarchiquement par certaines personnes et sociétés qui les transforment en centres commerciaux et entreprises.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires