RCA: maintien de l’embargo sur les armes, l’ONU encourage l’instabilité

0
220
Les forces armées centrafricaines lors d'une offensive contre les rebelles de CPC en décembre 2020 près de la ville de Bossembelé en décembre 2020 @crédit photo Erick Ngaba

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 25 Août 2021— (Ndjoni Sango) : L’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine a été une fois de plus renouvelé jusqu’au juillet 2022. Cette sanction prise par l’ONU est une mesure qui encourage plutôt l’instabilité dans le pays où les groupes armés menacent la paix.

L’embargo sur les armes est une sorte de punition contre les forces armées centrafricaines. Son maintien depuis 2013, suite à la prise du pouvoir par l’ex-coalition rebelle de la Seleka, a été toujours un coup dur pour le gouvernement qui cherche à équiper les forces de défense et de sécurité intérieure.

L’embargo a été imposé pour empêcher la prolifération d’armes dans le pays où les groupes armés se sont emparés de tous les services de l’Etat sur l’ensemble du pays. Le retour à l’ordre constitutionnel en 2016 avec l’élection Faustin Archange Touadera à la tête du pays devrait être le point important pour la levée de cette sanction. Rien ne justifie aujourd’hui le maintien de sanction.

Le pays continue de faire face à l’insécurité du fait de manque de moyens nécessaires à l’armée nationale de faire face aux défis sécuritaire. Cette armée est dépourvue de ses moyens conséquents pour la défense du territoire et la protection de la population, alors qu’en face les groupes armés sont surarmés avec des calibres de tout genre.

De l’avis des observateurs, l’embargo sur les armes imposé à la RCA est à la fois une mafia internationale et une sorte de sanction infligée au gouvernement. Pour ainsi dire, le maintien de l’embargo, l’œuvre de la France pays colonisateur de la RCA, encourage l’instabilité chronique dans le pays. Car, ce sont les civils qui ont fait frais.

Au lieu de tenir compte des intérêts géopolitiques des puissances internationales, le Conseil de sécurité doit mesurer la souffrance perpétuelle de la population civile prise en otage par la présence des groupes armés qui écument tout le territoire centrafricain.

Même si l’appui de la Russie aux côtés des FACA a permis à la RCA de retrouver considérablement la stabilité, beaucoup reste à faire pour que la paix et le développement se concrétisent dans ce pays d’environ 5 millions de population. Pour ce fait, la levée totale de l’embargo s’avère nécessaire.

5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires