Coup d’Etat en Guinée Conakry, une leçon pour les disciples de 3ème mandat ?

0
74

Par Marly Pala

Bangui 7 septembre 2021—(Ndjoni Sango) Le président Alpha Condé, de la Guinée Conakry, a été renversé du pouvoir, le dimanche 5 septembre dernier par un coup d’Etat militaire avec le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, proche du régime en tête. Ceci, suite à une intention manifeste du président de modifier la constitution du pays afin de se présenter pour une troisième fois aux élections. Une belle leçon pour les Chefs d’Etat qui envisagent un troisième mandat.

La prise de pouvoir par les armes, les modifications de la constitution pour s’accrocher au pouvoir et le non respect du processus démocratique sont une identité remarquable pour les dirigeants et hommes de tenue de nombreux pays d’Afrique francophone. Car, plusieurs Chefs d’Etat ont promis changer les choses pour faire avancer leurs pays, mais une fois arrivés aux affaires, ils ne changent rien, si ce n’est juste la constitution à leur profit, bafouant ainsi le processus démocratique, ce qui crée l’indignation.

Eu égard à ces genres de gouvernance, combien mauvaise et dictatoriale, orchestrée par certains dirigeants africains, beaucoup de pays d’Afrique francophone connaissent depuis plusieurs années, des scènes de Coup d’Etat et d’assassinat des présidents en exercice du pouvoir, émanant des forces qui leur sont proches. Bien que ces systèmes sont antidémocratiques et condamnables, ils sont parfois appréciés par certains. Car, ces coups de force boycottent les mauvaises actions des régimes dictatoriaux pour la plupart des cas.

Ce qui revient à dire que ces pratiques sont aussi comme une sonnette d’alarme pour certains dirigeants africains, disciples de la modification des constitutions pour briguer des mandats supplémentaires, après les deux, prévus par la majorité des pays.

Il faut noter que les maux comme, l’instrumentalisation de la justice, le non respect du droit des citoyens et des principes démocratiques, le népotisme et bien d’autres actes malsains sont souvent les facteurs qui engendrent l’indignation, à provoquer les renversements des pouvoirs par les armes dans la plupart des pays africains, surtout francophones.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments