RCA: Ali Darassa a-t-il encore le droit de se référer à l’accord de Khartoum ?

0
89
Centrafrique-Ali-Darassa-Bambari-Ndjoni-Sango
L'installation du chef rebelle Ali Darassa à Bambari au centre de la RCA, en caricature @ caricaturiste Jimmy Nzeko

Par Erick NGABA

Bangui 14 septembre 2021—(Ndjoni Sango): Le mercenaire tchado-nigérian Ali Darassa de l’Unité pour la Paix en Centrafrique (UPC) a rompu le silence à travers un communiqué adressé aux garants et facilitateurs de l’accord de paix négocié à Khartoum et signé à Bangui le 6 février 2019. Dans ce communiqué, il réaffirme son retrait de la coalition rebelle CPC de François Bozizé, et veut réitérer  sa réintégration dans cet accord de paix dit de Khartoum.

Après avoir eu chaud lors des offensives foudroyantes des FACA appuyées par les forces alliées russes et rwandaises ayant détruit toutes les bases de l’UPC, le mercenaire Ali Darassa tente d’amadouer les garants et facilitateurs de l’accord de paix.

Dépourvu de tous les biens pillés et arrachés aux pauvres populations civiles dans régions centre-est de la République centrafricaine, le mercenaire tchado-nigérien pense revenir dans la mangeoire de l’accord de paix. Il tente par tous les moyens pour flatter le gouvernement centrafricain.

Dans son jeu, l’homme qui a violé l’accord qu’il a signé dans le but de mettre fin aux hostilités avec le gouvernement, fait son petit malin sur le plan diplomatique afin d’espérer revenir, une fois de plus, à table de discussion avec le gouvernement.

Or, il oublie les tueries de masse et les violences contre les civils dont il est responsable. Un mercenaire étranger qui a réussi à s’imposer en République centrafricaine où il a pillé les richesses, prétend revenir s’enrichir à nouveau après avoir été chassé du pays par les forces gouvernementales et alliées.

Les autorités de Bangui ne doivent pas se laisser berner par ce sanguinaire qui pense que la RCA est un terrain qui permet aux prédateurs de tout faire. Aussi, les garants et facilitateurs de l’accord de paix ne doivent pas se prêter à son jeu de chat et souris, car, les victimes d’Ali Darassa réclame toujours justice.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments