RCA: quand la France durcit l’octroi de visa pour faire la pression sur Bangui

0
168
Centrafrique-Touadera-Ndjoni-Sango
Le président centrafricain Faustin Archange Touadera, le ministre français des affaires étrangères Jean Yves Le Drian, et l'ancien ambassadeur de France à Bangui, Eric Gerard

Par Erick NGABA

Bangui 15 septembre 2021—(Ndjoni Sango) : En perte de popularité pour sa présence en République centrafricaine, Paris utilise toutes cartouches possibles pour maintenir le cap sur les autorités de Bangui. Gel de l’aide budgétaire, et refus de visa même aux parlementaires et à des ministres centrafricains devant effectuer des missions de travail en Europe, sont une stratégie développée par Paris afin de pouvoir mettre la pression sur les autorités de Bangui, qui entre temps, ont trouvé aujourd’hui de nouveaux partenaires stratégiques.

Aujourd’hui en République centrafricaine, la présence française s’est effrontée depuis que les autorités du pays ont pu diversifier les relations diplomatiques avec d’autres pays avec qui des accords de défenses et économiques sont signés.

Ce pays d’environ 5 millions d’habitants, longtemps considéré comme un pré carré français, échappe aujourd’hui au contrôle total de son ancien pays colonisateur.

Tout semble que la présence des autres partenaires notamment la Russie et le Rwanda crée un malaise du côté de Paris dont la présence diplomatique, militaire et sociale est systématiquement étouffée.

La France qui a vu sa présence réduite en République centrafricaine ne va se permettre de se voir disparaître de la géopolitique dans le pays. Forcément, elle mettra tout en œuvre pour revenir avec force dans son pré carré.

En effet, le chaos en Afghanistan a obligé les pays européens à durcir la loi sur l’immigration. Il est aujourd’hui difficile de migrer vers le continent européen. En se basé sur ce fait, la France a stratégiquement durci la politique de l’octroi de visa aux ressortissants de la République centrafricaine.

Avec effet immédiat de stratégie, des hautes personnalités centrafricaines se sont vues refuser le visa par l’ambassade de France à Bangui, seule institution diplomatique qui octroie le visa Schengen.

En juin dernier, cinq parlementaires centrafricains qui devaient prendre part à une réunion des parlementaires de la Francophonie à Bruxelles, ont été victimes de cette politique de sanction à l’égard des ressortissants centrafricains. L’Ambassade de France a refusé de leur délivrer le visa, en dépit d’une note introduite par l’ambassadeur de Belgique.

Toute cette restriction vise à mettre la pression sur les autorités de Bangui. La France utilise cette méthode pour faire du chantage aux autorités centrafricaines.

Alors que Paris a annoncé son intention de construire un partenariat moderne avec Bangui, mais des manœuvres dilatoires continuent de se faire dans l’ombre pour torpiller les nouvelles bases de partenariat annoncées.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments