RCA: vaut mieux condamner Bozizé à vie à l’exil pour avancer vers la paix, estime le président Touadera

1
381
François Bozizé chef rebelle et coordonnateur de la CPC

EDITORIAL

Par Erick NGABA

Bangui 21 septembre 2021—(Ndjoni Sango) : L’ancien président François Bozizé qui a dirigé la RCA de 2003 à 2012 avant d’être chassé par l’ex-coalition rebelle sous l’appellation de Seleka, constitue un cauchemar pour la paix dans son pays.  son exil à vie, comme l’a estimé le président de la République Faustin Archange Touadera dans une interview à Jeune Afrique, est un atout pour le retour définitif de la paix en RCA.

Le président de la République centrafricaine a accordé la semaine dernière, une interview au journal Jeunes Afrique. Toutes les questions liées à l’actualité centrafricaine sont abordées durant cet entretien.

Le président centrafricain a été franc et catégorique sur la question liée à l’ancien chef d’Etat, François Bozizé, aujourd’hui coordonnateur de la nébuleuse coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Deux options sont possibles pour le patron de la rébellion en République centrafricaine. François Bozizé doit répondre de ses actes devant la justice, ou bien, un exil à vie loin de son pays.

« Si nous, Centrafricains, lui mettons la main dessus, nous ferons en sorte qu’il réponde de ses actes devant la justice. Maintenant si, dans le cadre de la CIRGL et des négociations en cours, nous décidons qu’il vaut mieux le condamner à vie à l’exil pour avancer vers la paix, nous l’accepterons. Mais il faudra que cet exil soit loin des frontières centrafricaines », a indiqué le président Faustin Archange Touadera.

L’ancien président avait tout, même quand il était rentré clandestinement de l’exil en Ouganda. L’homme a été accueilli en audience au palais présidentiel où des biens financiers et matériels lui ont été gracieusement offerts. Tellement animé par la boulimie du pouvoir, François Bozizé voulait à la fois le ciel et la terre.

« Quand il est revenu clandestinement j’ai pensé qu’il le faisait avec une idée de réconciliation. C’est pour cela que nous n’avons pas choisi de le soumettre à la justice, alors qu’il était sous mandat d’arrêt. Je lui ai parlé, je l’ai reçu en audience et je l’ai invité à la paix. Ensuite, la Cour constitutionnelle a invalidé son dossier de candidature. Lui, ancien président et garant de la Constitution, n’a pas souhaité respecter cette décision. J’ai été vraiment déçu. Et ça ne s’est pas arrêté là : il a saboté tout ce que nous avions entrepris avec les groupes armés, tout ce qui était en train de se mettre en place », regrette le président Touadera.

Dans ce long entretien avec Jeunes Afrique, Faustin Archange Touadera rend Bozizé responsable de tout le mal causé au peuple centrafricain.

« Les rebelles sont venus en armes jusque Bangui, ils ont tué des commerçants, des militaires… Ces crimes, c’est Bozizé qui en est à l’origine », a-t-il souligné.

Le 18 septembre dernier, les chefs d’Etats et gouvernements de la conférence internationale des Régions des Grands Lacs (CIRGL) ont échangé sur la possibilité  d’offrir un exil au Général François Bozizé qui vit actuellement au Tchad.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Denise Madina Duekoe
Denise Madina Duekoe
1 mois il y a

Mieux vaut quil soit dans le pays pour être surveillé sil le faut mééhh exil à vie n’est pas une solution mon point de vue personnel. La PAIX n’a pas de prix chers compatriotes je vous remercie
Denise Madina Duekoe ancienne préfète cadre de l’administration du territoire.