La RCA à l’horizon 2025 serait-elle réaliste avec les violences armées ?

0
25
Centrafrique-Bangui-Ndjoni-Sango
Vue partielle de la capitale centrafricaine, Bangui @photo Diaspora

Par Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 15 octobre 2021—(Ndjoni Sango) : En République centrafricaine,  il est difficile de concrétiser les projets de développement, quels que soient les efforts déployés. Ce mal, causé par certains leaders politiques assoiffés de pouvoir, est dû aux multiples crises sécuritaires qui sont devenues les quotidiens des Centrafricains.

La journée du 30 mars 2021, était marquée par l’investiture du président Touadera, qui dans son nouveau calendrier, a mis l’accent sur une vision appelée Horizon 2025, qui permettra à la RCA de souffler un nouveau vent rempli de projets de développement en faveur du peuple et de la nation.

Sauf que le climat sécuritaire que traverse la Centrafrique, depuis la réélection du chef de l’Etat, ne serait-il pas possible de réaliser ces beaux projets qu’il a mentionnés dans sa feuille de route en faveur de la jeunesse sans emploi.

Cette situation de violences armée créée, non seulement la psychose chez les filles et fils du pays, mais également, donne une certaine méfiance chez les investisseurs et bailleurs financiers qui cognent à la porte de la RCA dans l’objectif d’investir dans différents domaines d’activités qui permettraient aux Centrafricains d’avoir des emplois et diminuer le taux de chômage qui mine le pays depuis des décennies.

Les crises militaro-politiques provoquées par certains politiciens et leurs complices, sont à l’origine du sous-développement de ce pays. Un pays ne peut que se développer davantage si et seulement si, l’environnement sécuritaire est propice et praticable. Mais ce n’est pas le cas en République centrafricaine, où on fait un pas vers l’avant et 10 pas en arrière.

Cette situation déplorable profite à ceux qui veulent voir le peuple souffrir de leur plan machiavélique. Dans la ville de Bangui, et certaines villes du pays, à savoir Alindao, Ippy et à 20 Km de Bambari, les exactions commises par les groupes rebelles sur la population civile sans défense, sont les quotidiens de ces habitants.

Avec ce rythme, peut-on espérer un développement en République centrafricaine, à cause de ces barbaries, des pillages, des mutineries et coups d’Etat à répétition depuis la période de 2001 ? Plusieurs sociétés de la place ont été détruites à l’exemple de la Société centrafricaine de cigarettes (SOCACIG) et autres.

Aujourd’hui, on crie au chômage et le manque d’emploi dont certains dirigeants de ce pays malintentionnés et assoiffés du fauteuil présidentiel sont à l’origine. Il est temps d’unifier les forces au nom de l’unité nationale qui caractérise la devise de la RCA pour mettre fin à l’instabilité afin de construire le pays.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires