RCA: droit de réponse de Moussa Soumaïne

0
317
Moussa Soumaïne chef de service administratif et financier à l'ANAC Centrafrique

M.MOUSSA SOUMAÏNE                                                                                     A

Chef de Service Administratif et Financier       Monsieur le Directeur de Publication

De l’Autorité Nationale de l’Aviation Civile               du Journal « NDJONI SANGO »

– ANAC-Centrafrique-                                                        Bangui – RCA                      

Objet : Droit de réponse

Monsieur le Directeur,

Dans votre parution N° 170 du mercredi 09 Juin 2021, page 05, vous avez publié un article intitulé « L ANAC-Centrafrique dispose-t-elle réellement d’un chef de service administratif et financier qualifié ? »

Cet article qui est signé de monsieur Mamadou NGAINAM,  affirme entre autres, que des doutes planent aujourd’hui sur la compétence du chef de service  administratif et financier de l’ANAC-Centrafrique, le nommé Moussa SOUMAINE.

Monsieur le Directeur, cet article s’est inscrit dans une démarche de calomnie, de médisance et de propos purement mensongers, à l’endroit de ma modeste personne et  allant  jusqu’à me traiter de faussaire (falsification de mes diplômes, Certificat de Nationalité, certificat de travail, etc.).

J’ai été très étonné, en lisant cet article, du caractère grotesque et diffamatoire car, son auteur ou ses éventuels commanditaires avaient une volonté manifeste de s’attaquer à ma personne.

A cet effet, je tiens à apporter les précisions suivantes :

  • Concernant mon recrutement à ce poste, je tiens à rappeler pour votre gouverne, que c’est à l’issue d’une mission d’audit effectuée par l’inspection Générale d’Etat (IGE) , appuyée par l’Inspection Générale des Finances (IGF), que ces deux imminents organes de contrôle de l’état ont mis en lumière les   défaillances et incompétences de la personne  en charge du traitement  de système  des informations comptables  et financières de l’ANAC-Centrafrique. Leurs conclusions se résumaient   en ces termes je cite « Une comptabilité très mal tenue avec des états financiers ni fiables ni sincères et des détournements systématiques des deniers publics ».
  • Comme veut la procédure, s’en est suivie la Notification des Instructions Présidentielles demandant à la Direction Générale de l’ANAC-Centrafrique de procéder au recrutement  d’un cadre comptable et financier compétent pour renforcer le Service Financier de l’ANAC-Centrafrique.
  • Ainsi, un Appel à Candidature a été lancé et paru dans un quotidien local « LQB N°920» en date du 10 juillet 2019.  Et la procédure idoine que mon dossier a été retenu  et C’est à l’issu d’un test transparent et rigoureux que j’ai été retenu à ce poste.

Par ailleurs, vous affirmez dans ce même article  que j’ai déposé des documents et des diplômes falsifiés. Pour votre information, sachez que tous mes diplômes  universitaires requis pour occuper ce poste ont été authentifiés. Rapprochez-vous de l’Ambassade de France, représentant le pays où j’ai obtenu lesdits diplômes. Vous disposez, j’ose croire, de tous les moyens de vérification, en la matière.

Je suis ressortissant d’un prestigieux  Institut de Commerce et de Gestion dans le

14éme à Paris,  avec un niveau d’étude supérieur de troisième cycle universitaire. Vous êtes libres d’aller vérifier auprès de l’Institut. Adresse : 9 Rue Saint-Lambert, 75015 Paris, France /69-71 Rue Archereau, 75019 Paris, France

Je tiens à vous  rappeler que l’ANAC-Centrafrique n’est pas la première structure dans laquelle j’ai commencé à travailler.  Pour votre  information et tout en vous laissant le loisir, également, de le vérifier, J’ai occupé des postes de responsabilité, au sein des entités  ci-après :

  • INTERCOGEST  cabinet français d’expertise comptable, en qualité de   Chef de mission  (Paris-France) ;
  • APELBAUM CONSULTING ET AUDIT société française d’expertise comptable et de commissariat aux comptes, j’ai été  Chef de mission (Paris, France) ;
  • SA, comme Directeur Administratif et Financier (Bangui,RCA) ;
  • TELECEL Centrafrique, comme Manager en Revenus Assurances Fraude et Risque ;
  • KITEA (Malabo) SA et non SARL, comme vous l’affirmez  dans votre article, sans pour le temps faire un travail de recoupement. J’ai été comme Directeur de l’Audit et Contrôle Interne.

Je dispose de toutes les preuves irréfutables de mon parcours universitaire et professionnel et vous encouragerai de  faire preuve d’une meilleure déontologie, en prenant le temps de vous  de procéder aux recoupements nécessaire, avant  de publier de telles inepties. En effet, une simple sollicitation de votre part m’aurait permis de vous mettre à disposition tous les documents ou parcours querellés.

Monsieur le Directeur,  permettez-moi de vous dire que Je suis outré et me demande qu’elle était la réelle motivation de votre journal, en publiant cet article ?

N’avez- vous pas un service d’enquête et de vérification préalable à la diffusion des articles ?

Avec ce genre d’affirmations purement mensongères  qui démontre cette volonté de nuire et de diffamer ma modeste personne, je me pose des questions sur les réelles motivations du signataire dudit article ? Ce qui entame la crédibilité de votre journal car, je me réserve le droit d’engager des poursuites judiciaire contre votre journal et les auteurs de cet article.

N’ayant pas l’habitude de nager dans la bassesse polémique stérile et connaissant, parfaitement, les droits qui me sont réservés, je vous rappelle l’obligation qui est la vôtre d’assurer la publication de mon présent droit de réponse. Et ce, en la forme et dans les délais requis en la matière.

Dans l’attente de la publication de mon droit de réponse, je vous prie de croire Monsieur le Directeur, en l’assurance de ma fraternelle considération.

Fait à Bangui, le 04 novembre 2021

MOUSSA SOUMAÏNE

Siège de l’ANAC Centrafrique à Bangui
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires