RCA: la Synergie centrafricaine s’insurge contre les propos du secrétaire général de l’ONU

0
209
Euloge KOI DOCTROUVE, porte-parole de la synergie centrafricaine @crédit photo Erick Ngaba

Communiqué de presse

En date du 1er novembre 2021, les occupants d’un véhicule estampillé Nations Unies du contingent égyptien, passant devant la résidence du Président de la République, Chef de l’Etat, se sont mis à faire des prises de vues non autorisées.

Face à la réaction des éléments de la garde présidentielle, qui essayant d’empêcher les passagers de continuer à faire des prises et les sommations verbales de stopper le moteur, aux fins de s’enquérir de la motivation réelle d’un tel acte aux intentions inavouées et proscrit par les règles de sécurité, le véhicule s’est mis en branle, dans une fuite effrénée au cours de laquelle il a mortellement atteint une jeune fille de 16 ans et trainant le corps sur une dizaine de mètre ; voyant cela et voulant réduire les dégâts de l’accident espérant sauver la vie de la jeune fille, le garde présidentielle fut obligée d’user de leurs armes par des tirs de sommation dans les pneus et en direction du ciel, malheureusement ce qui n’a pas arrêté le véhicule toujours en fuite ;laissant derrière elle le cadavre de la jeune élève a fleur de l’âge.

Par ailleurs, la Synergie Centrafricaine s’étonne devant le caractère cynique et machiavélique des propos du Secrétaire Général des Nations Unies qui, sans scrupule et sans humanisme, a superbement ignoré le meurtre de la jeune fille et non d’une femme, pour ne s’apitoyer que sur le cas des blessés du contingent meurtrier.
Tout en s’insurgeant contre une telle attitude, la Synergie condamne avec fermeté les propos mensongers, mesquins et irresponsables du Secrétaire Général des Nations Unies, qui, depuis son bureau feutré de New York, se permet de condamner la réaction, somme toute légitime, de la garde présidentielle dont la principale mission consiste à protéger l’intégrité physique du Président de la République.

En passant sous silence une fois de plus la faute et la responsabilité des éléments de la MINUSCA, le Secrétaire Général fait montre d’irresponsabilité et de promotion d’impunité.
La Synergie Centrafricaine tient à rappeler que la MINUSCA a déjà, dans les mêmes circonstances, causé la mort de plusieurs personnes dont deux conducteurs de taxi moto et une adolescente sans que les instances des Nations Unies n’aient pu lever le petit doigt pour déplorer et encore moins pour sanctionner. Ces comportements récurrents, devenus inquiétants, apparaissent comme si, aux yeux des Nations Unies, la vie de la petite défunte n’avait aucune valeur en comparaison aux blessures de ses ouailles.
La Synergie Centrafricaine s’inscrit en faux contre la présumée compassion que le Secrétaire Général feint éprouver vis-à-vis de la famille de la défunte et du peuple centrafricain.

Lorsque Monsieur Antonio Guterres ose rappeler que les attaques contre les casques bleus des Nations Unies peuvent constituer un crime de guerre, la Synergie Centrafricaine se pose la question de savoir comment qualifie-t-il les tueries des civils perpétrées par la MINUSCA ? Est-on en train de nous dire que la vie du peuple centrafricain ne représente rien face à celle des casques bleus bénéficiant de l’impunité avec des comportements qui sont constamment en porte-à-faux avec la loi et les règlements ?

Eu égard à tout ce qui précède, la Synergie déclare que le peuple centrafricain et le gouvernement de la République n’ont nullement besoin d’un quelconque accompagnement par les Nations Unies dans leurs efforts visant à restaurer l’autorité de l’État, la paix et la stabilité dans le pays.

A cet effet, la Synergie exige avec insistance la création d’une commission mixte devant enquêter sur l’incident afin d’établir les responsabilités pour que justice soit faite.

Fait à Bangui, le 05 novembre 2021.

Le Rapporteur Général Porte-parole

Euloge KOÏ

4 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires