RCA: certaines localités du pays se trouvent aujourd’hui dans l’oubliette

0
109
Un bâtiment administratif en état de délabrement avancé à Bria en novembre 2019@photo Marly Pala

Par Marly Pala                                                  

Bangui 11 novembre 2021—(Ndjoni Sango) : A environ 623.000 Km², la République centrafricaine est large, mais avec très peu d’habitants. On trouve de grands espaces dans les quatre coins du pays, mais peu occupés. Ce qui fait que certaines localités du pays, éloignées de la capitale, semblent être oubliées par les autorités de Bangui.

Le manque d’infrastructures routières pouvant relier une localité à une autre, l’absence de l’autorité de l’Etat dans certaines villes de la République centrafricaine, ont donné l’impression que les hautes autorités du pays semblent ignorer ces villes. Car, avec une superficie de 623.000 Km² avec seulement 5.000.000 d’habitants, la plupart des activités ne se passent que dans la capitale Bangui.

Aujourd’hui, on se rend compte qu’il y a de sérieux problèmes en ce qui concerne la décentralisation des services de l’Etat dans les préfectures du pays. A titre d’exemple, plusieurs fonctionnaires et agents de l’Etat qui ont été affectés dans les villes intérieures de la République centrafricaine, refusent volontiers de s’y rendre, d’autres, par l’absence de sécurité, sont obligés d’abandonner leurs postes pour rester dans la capitale. Ce qui est un manque à gagner pour l’Etat.

Il faut souligner que suite à ce manque d’attention envers certaines villes de Centrafrique, la plupart des citoyens centrafricains qui vivent dans les zones éloignés de la capitale se sont tournés vers les pays limitrophes et oublient ce qui se passe dans leur pays d’origine et cela représente un risque de dépendance vis-à-vis des pays de la sous-région.

La République centrafricaine est un Etat souverain. Et cette souveraineté est reconnue  à partir du moment où l’autorité de l’Etat couvre toute l’étendue du territoire. Donc, il est important que les dirigeants mettent en place des mécanismes de suivi après chaque affectation des fonctionnaires et agents de l’Etat dans les villes intérieures, afin de permettre aux populations éloignées de la capitale de jouir de leurs droits de citoyen.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires