RCA: « Les peulhs de la RCA souhaitent voir Ali Darassa devant la justice » Lamido Issa Bi Amadou

0
236
Lamido Issa Bi Amadou, porte-parole des Chefs traditionnels Peulh de Centrafrique @Erick Ngaba

Par Erick NGABA

Bangui 22 Novembre 2021—(Ndjoni Sango) : La communauté peulh de Centrafrique se dit être surprise et indignée par la publication d’une déclaration parue par CNC dans les réseaux sociaux le jeudi 18 novembre 2021 faisant croire que les peulhs de Centrafrique et ceux des autres pays d’Afrique auraient fait allégeance au mercenaire sanguinaire Ali Darassa et lui auraient apporté leurs soutiens. En apportant un démenti, la communauté souhaite voir Ali Darassa devant la justice pour répondre de ses actes commis contre les peulhs en Centrafrique.

Dans une déclaration publique sur le site de Corbeau News Centrafrique (CNC), le mercenaire tchado-nigérien a fait croire qu’il est soutenu par les peulhs centrafricains et ceux de l’Afrique de l’Ouest et du centre. Surpris et indignés par cette déclaration jugée mensongère, les Chefs traditionnels peulhs de Centrafrique apportent un démenti.

« Cette déclaration mensongère et montée de toutes  pièces n’engagent que les auteurs, s’ils existent réellement. Les peulhs Centrafricains sont et restent les principaux victimes de la crise centrafricaine depuis Mars 2013 jusqu’à ce jour, à cause de la présence  des groupes armés qui utilisent les fils d’éleveurs peulhs comme des boucliers humains et des chaires à canon », a déclaré Lamido Issa bi Amadou, Président de L’association nationale des Chefs traditionnels Peulhs de Centrafrique.

C’est pas la première fois que les peulhs Centrafricains par la voie de leurs chefs traditionnels dénoncent publiquement les crimes et les atteintes graves aux droits humains dont ils sont victimes à cause de l’amalgame et la confusion que l’on fait entre les peulhs éleveurs Centrafricains victimes et leurs bourreaux.

« Les mercenaires peulhs étrangers armés  venus dans le but de déstabiliser les institutions de la République Centrafricaine pour piller ses ressources naturelles et fiscalo-douanieres sont connus. Ali Darassa est le principal responsable de toute cette situation que vivent la communauté peulh de Centrafrique aujourd’hui, car il est le premier chef de guerre qui est venu ébranler nos valeurs morales et culturelles », a-t-il dénoncé.

Pour le président de l’association des chefs traditionnels peuls, les peulhs centrafricains sont les premières victimes de la présence d’Ali Darassa et ses mercenaires sur le territoire centrafricain.

« Ils nous ont asservi et il nous a appauvri, car il se considère toujours comme le propriétaire légitime de nos bétails qu’il arrache et rapatrie chez lui. Paradoxalement, Il se proclame protecteur et défenseur de nos droits alors qu’il est notre véritable porte malheur et notre bourreau impitoyable. Nos chefferies traditionnelles et nos richesses sont systématiquement confisquées par ce mercenaire impitoyable qui n’hésite pas à nous donner la mort et la désolation en cas de résistance », a renchérit Issa Bi Amadou avant de poursuivre que « Plusieurs peulhs Centrafricains ont perdu la vie à cause de ce mercenaire impitoyable ».

D’autres peulhs ont été enrôlés de gré ou de force dans son mouvement rebelle UPC pour préserver leurs vies et protéger leurs familles, à en croire ce chef traditionnel.

« Alors, comment peut-on imaginer que les peulhs Centrafricains victimes et d’autres peulhs du monde qui aspirent à la paix et qui font des prières quotidiennes pour que la situation soient inversée, puissent apporter leurs soutiens à ce criminels Ali Darassa ? », s’interroge-t-il.

Bien au contraire, a souligné Ammadou Issa Bi, les peulhs de Centrafrique et les amis des peulhs de Centrafrique souhaitent voir Ali Darassa devant la justice pour répondre de ses actes.

Par ailleurs, la communauté peulh demande à la communauté internationale d’apporter l’appui nécessaire au gouvernement centrafricain pour que tous ceux qui commettent ou qui ont commis des violations graves des droits humains et des crimes contre les centrafricains en général et les peulhs en particulier soient recherchés et traduits en justice dans les plus brefs délais.

« En plus, nous demandons au Gouvernement centrafricain de veuillez à la protection et à la sécurité des tous les chefs traditionnels peulhs qui sont aujourd’hui très menacés par ce mercenaire étranger », a-t-il conclu.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires