RCA: assistance psychologique de SPSED-Centrafrique aux élèves du village Imohoro

0
68
Les élèves de l'école Assana 3 du village Imohoro sur la route de Damara @crédit photo Marly Pala

Par Marly Pala

Bangui 28 janvier 2022—(Ndjoni Sango) : Le 13 janvier dernier, un phénomène mystique s’est produit à l’école Assana, située dans le village Imohoro à 48 Km sur la route de Damara. A cet effet, l’Association Secours Psychologique en Santé, Education, Développement en Centrafrique, a assisté les élèves dudit établissement scolaire afin de les encourager et  préparer mentalement à reprendre le chemin de l’école.

Situé à 48 kilomètres sur la route de Damara, le village Imohoro compte près de 1200 habitants et dispose d’un petit centre de santé et d’une école primaire, comptant au moins 400 élèves. Depuis le 13 janvier dernier, un phénomène mystique soi-disant une attaque des mauvais esprits, s’est produit au sein de l’école Assana 3, se trouvant dans ledit village. Ce qui a causé la psychose générale parmi les élèves, empêchés de venir à l’école.

Et pour encourager ces élèves à reprendre les cours, l’Association SPSED-Centrafrique, qui assiste les personnes en situation de détresse psychologique, a effectué une mission d’assistance psychosociale dans le coin. Selon Jean-Jacques Feiganazoui, directeur de l’école Assana 3, ce phénomène sème la panique au sein de ladite école : « Ce phénomène a commencé le 13 janvier vers 12 heures lorsque nous étions dans la salle. La fille commence à s’agiter et ses yeux deviennent rouges. C’est à ce moment-là que j’ai instruit les autres élèves à la retenir, mais ils n’ont pas pu. C’est pourquoi,  nous l’avons amenée pour des soins. Peu de temps après, 5 autres élèves sont tombés dans le même état. Cet état de mal-être compte aujourd’hui 6 élèves dont un garçon et 5 filles qui sont affectés. Pour le moment, les autorités religieuses dudit village sont en train d’organiser des moments de prière afin d’intercéder pour chasser ces esprits. Je profite pour remercier cette association qui vient au chevet de nos enfants à travers des conseils devant leur permettre de reprendre le chemin de l’école », a-t-il témoigné.

Pour Didier Stanislas Tchengba, coordonnateur de SPSED-Centrafrique, cette assistance psychosociale est cruciale pour la stabilité mentale de ces enfants : « nous nous sommes mobilisés pour venir auprès de ces enfants en leur apportant le soutien psychosocial et aussi parler à leurs parents pour les convaincre à pouvoir laisser les enfants venir à l’école. Car, notre mission est de veiller sur la santé et l’éducation. Donc, nous avons eu à échanger avec les responsables dudit établissement, les pasteurs et les parents qui nous ont promis tout mettre en œuvre pour que ces enfants puissent retourner sur les bancs de l’école. A cet effet, nous allons mettre en place un mécanisme de suivi afin de pouvoir suivre de près les activités dans ce village », a-t-il promis.

Il faut signaler qu’après ce phénomène, la psychose règne dans ce village et aucun parent ne veut laisser son enfant mettre pieds dans cette école alors que les autres écoles qui sont dans les villages environnants, ont pris de sérieuse avance dans les programmes scolaires de l’année en cours.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires