RCA: quel l’intérêt que gagne le bas-peuple dans les jeux de la classe politique?

0
91
centrafrique-opposition-ndjoni-sango
Mise en place de la coalition de l'opposition politique

Par Marly Pala

Bangui 23 mars 2022—(Ndjoni Sango) : La République centrafricaine fait face à une montée accrue des partis politiques. Ces partis différemment créés ont souvent pour objectif, de mener une lutte acharnée afin de se faire une place dans le gouvernement ou encore se rallier à la majorité pour avoir des subventions. A cet effet, quel est l’intérêt que gagne le bas-peuple dans les jeux égoïstes de la classe politique ?

Créer un parti ou une association politique, voire, des organisations à caractères politiques est une issue de secours pour la plupart des individus moyennant intellectuels en République centrafricaine. Et bon nombre de ces mouvements ou encore associations politiques, n’existent que pour représenter un cercle familial, clanique ou encore ethnique.

Car, si on essaie de faire le constat auprès des membres actifs de ces différents mouvements politiques, la majeure partie n’a pas une vision politique proprement dite, de gestion du pouvoir ou des choses de l’Etat. A ce constat, certains observateurs de la scène donnent leurs avis sous l’anonymat :

« Le constat est amer aujourd’hui, car, à l’époque de nos grands hommes politiques crédibles, la fidélité à un parti est le maître mot pour quiconque, voulant militer dans tel ou tel parti. Et en cas des échéances électorales ou de faire front commun pour affronter la majorité présidentielle, les partis politiques dignes s’unissent dans un esprit de fidélité et de franchise. En ce qui concerne les accords, les leaders des partis proposent des membres pour leur représenter dans le groupement tout en obéissant aux principes du parti. Mais de nos jours, il est difficile de trouver un membre digne. Pour preuve, en cas de représentation dans le gouvernement, ce sont les présidents des partis qui se présentent et s’il y a une conduite à tenir, ce dernier décide de quitter le parti, juste parce qu’il veut garder son poste. Ce qui prouve déjà que l’objectif de la plupart des politiciens est leurs propres intérêts. Ce qui ne profite pas au bas-peuple », ont-ils affirmé.

Ce constat intervient après que de nombreux partis ont vu le jour, mais se sont retrouvés tous dans la majorité présidentielle ou dans l’opposition après les élections groupées, dans l’objectif d’avoir un poste de responsabilité. Ce qui explique combien la classe politique centrafricaine n’a pas une vision pour le développement et l’intérêt commun, mais plutôt personnel et égoïste.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires