RCA : quand la réussite du dialogue républicain fait jaser l’opposition

0
136
Débat en plénière du dialogue républicain au parlement centrafricain

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 30 mars 2022—(Ndjoni Sango) : La réussite du dialogue Républicain est une belle occasion pour le peuple centrafricain de découvrir le jeu double des opposants politiques qui n’évoluent que selon leurs propres intérêts au détriment du peuple. Alors que les Centrafricains ont fait des recommandations pour sortir le pays de l’impasse et que personne n’a évoqué la modification de la constitution pour permettre au président Touadera de faire un troisième mandat, l’opposition, quant à elle, veut tremper l’opinion publique avec son bavardage.

Certes, les participants au dialogue républicain souhaitent une nouvelle constitution qui cadre au contexte du pays qui marche désormais sur son chemin de paix et du développement. Il s’avère nécessaire pour le peuple centrafricain de revoir certains textes de cette constitution du 30 mars 2016, et les accords signés dans des conditions de crise où il y a l’influence des groupes armés et de la France.

Mais pourquoi l’opposition qui n’a aucune vision et aucun projet de société, se précipite pour parler d’un troisième mandat ? de quoi a-t-elle déjà peur ?

« Nous participants à ce dialogue Républicain étions surpris de constater que le frange des opposants présenté à ce dialogue a fait mention du mandat Président dans les discussions, alors que cela ne fait pas partie des points inscrits à l’ordre du jour. Nous avons juste compris que les opposants voulaient juste boycotter ce dialogue pour critiquer les bonnes propositions qui sont faites. Mais heureusement, le comité d’organisation est intervenu pour recadrer les choses, mais ce qui est marrant, les opposants qui ont fait mention du mandat Présidentiel n’ont fait aucune proposition concrète », a expliqué l’un des leaders de la société civile au dialogue républicain.

L’on a compris que les opposants en RCA fonctionnent sous les ordres de la France qui leur dicte ce qu’il faut faire. Puisque la prise du pouvoir par la voie de la rébellion CPC, la branche armée de l’opposition, a pris un échec, les opposants cherchent par tous les moyens de semer les troubles dans le pays.

Mais certains ont compris cette manipulation. Car, l’heure n’est plus à la politique de la haine ni à la politique de déstabilisation. Le peuple centrafricain a décidé de continuer sur le chemin de la paix et du développement à travers le dialogue républicain.

C’est pourquoi, certains opposants qui ont pris conscience de la souffrance de la population, ont décidé de ne plus continuer de marcher avec les autres opposants dans leur politique de trahison et de manipulation de la France. Beaucoup ont décidé de quitter cette opposition qui n’a plus son sens aujourd’hui.

« Nous devons faire la politique pour le peuple et non notre propre politique. Les recommandations de ce dialogue doivent être appliquées sur tous les plans.   C’est ainsi qu’il nous faut une Nouvelle Constitution qui permettra aux centrafricains de revoir certains accords coloniaux qui bloquent le développement et de prendre en compte les réalités actuelles des Centrafricains. Les autres opposants qui ne voient que l’article sur le mandat présidentiel sont sortis hors du débat, je les invite à prendre en compte le souhait du peuple qui n’est rien d’autre que le développement durable, mais avec cette Constitution, la RCA ne va jamais développer. Donc, la nécessité d’une Nouvelle Constitution urge et s’impose » a indiqué l’un des opposants qui a décidé de se désolidarisé des autres.

A travers la réussite de ce dialogue républicain, le peuple centrafricain demande le respect et l’application des recommandations proposées par les participants à cette concertation nationale.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires