RCA: au parlement européen, les députés centrafricains s’opposent à un texte incriminant les Russes

0
614
Le parlement européen de Strasbourg

Par Erick NGABA

Bangui 13 Avril 2022—(Ndjoni Sango): A la 60ème session de l’assemblée parlementaire au parlement européen, les députés centrafricains et leurs collègues africains se sont opposé mordicus à un point du texte relatif aux allégations de violations des droits de l’Homme et exactions des instructeurs Russes du groupe Wagner sur le sol centrafricain.

Au parlement européen au nord de la France, six députés centrafricains ont concomitamment participé du 29 mars au 5 avril en cours au parlement européen à Strasbourg, à la 60ème session de l’assemblée parlementaire de l’OEACP et à la 41ème session de l’assemblée parlementaire paritaire ACP-UE.

Le point sensible de ces sessions parlementaires a été l’examen pour adoption d’un projet de proposition de résolution de compromis sur les menaces pour la stabilité, la sécurité et la démocratie en Afrique occidentale et sahélienne.

Cette résolution fait mention d’une résolution adoptée le 25 novembre 2021 sur les violations du groupe Wagner ainsi qu’une résolution du parlement européen adoptée le 1er mars 2022 sur l’agression russe contre l’Ukraine.

Les députés centrafricains et leurs homologues africains ont relevé que ces aspects constituent des incohérences dans le texte de résolution soumis à l’adoption.

« La délégation centrafricaine a demandé, tant au niveau de huis clos des présidents des assemblées ACP qu’au niveau de la plénière que le point sur les exactions commises en RCA soit retiré du texte avant adoption», a expliqué Evariste Ngamana, 1er vice-président du parlement centrafricain, chef de délégation.

Sur ce point, les parlementaires centrafricains ont clairement signifié que l’Etat centrafricain n’a pas signé accord quelconque avec le Groupe Wagner.

« Le gouvernement centrafricain n’a signé aucun accord avec quelconque groupe Wagner, mais plutôt un accord formel avec la Fédération de Russie. De surcroit, celui-ci a déjà mis en place une commission d’enquête mixte ainsi que le parlement centrafricain qui entend diligenter une commission d’enquête parlementaire pour vérifier la véracité des faits », a fait savoir Evariste Ngamana au cours d’une conférence de presse de compte rendu de la mission parlementaire, le 11 avril dernier à Bangui.

Par ailleurs, le chef de délégation parlementaire centrafricaine a fait savoir que le parlement n’a pas nié le fait que, durant les opérations militaires, les abus et les cas isolés se produisent souvent.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires