RCA: pourquoi la France viole-t-elle la Convention de Vienne à l’égard des députés centrafricains

2
522
Les six députés ayant effectué la mission au parlement européen

Par Erick NGABA

Bangui 13 avril 2022— (Ndjoni Sango): Six députés centrafricains ont exprimé leur frustration vis-à-vis des autorités françaises qui leur ont fait subi un acte d’humiliation à l’aéroport Charles de Gaulles à Paris. Ces députés centrafricains étaient de retour après avoir participé à la 60ème session du parlement européen, tenue du 29 mars au 5 avril 2022 à Strasbourg, au nord-est de la France.

Alors qu’ils venaient de prendre part à cette session au parlement européen au nord de la France, un acte de frustration leur a été réservée à l’aéroport de Roissy Charles de Gaules, par une équipe de police de contrôle après les formalités.

« Trois hommes habillés en civil voulaient, malgré les formalités remplies nous fouiller, tout en demandant à l’honorable Ngamana. Chose que nous n’avons pas accepté, car les élus de la nation que nous sommes, avons d’abord un passeport diplomatique, et nous avons une immunité parlementaire. Ce qui n’était donc pas faisable de cautionner de tel acte. Nous considérons comme un incident diplomatique pur et simple. Nous ne sommes pas de l’Exécutif. Et s’il y a une tension diplomatique entre Paris et Bangui, cela ne devrait pas avoir des retombés sur nous qui sommes du parlement. Nous ne comprenons vraiment pas cet acharnement », a expliqué le député Fleury Junior Pabandji, membre de la délégation parlementaire ayant effectué le déplacement.

Se référant aux dispositions de la Convention de Vienne, les députés centrafricains ont dénoncé au cours d’une conférence de presse cet acte. C’est en quelque sorte un incident diplomatique du fait que les députés sont protégés par l’immunité parlementaire et par ailleurs détendeurs de passeport diplomatique.

La convention de Vienne sur le droit des traités qui a été adoptée en 1969, codifie les traités et les relations internationales juridiques entre les États. L’acte d’humiliation auquel les députés centrafricains ont fait l’objet, constitue une violation de cette convention par les autorités françaises qui n’ont aucun respect vis-à-vis des autorités centrafricaines.

En principe, l’ambassadeur de France à Bangui doit être convoqué pour être entendu, même si le parlement centrafricain entend interpeller dans les prochains jours, la ministre des affaires étrangères, Sylvie Baipo Temon, pour expliquer le degré de la coopération entre la RCA et la France, et aussi saisir le parlement français et parlement européen.

Depuis ces dernières années, la relation entre la Centrafrique et la France n’est plus au beau fixe du fait de la présence de la Russie, considérée par Bangui comme un allié privilégié. Sur ces faits déplorés, on se demande si l’on réserve le même aux autorités françaises à l’aéroport de Bangui, pour le principe de réciprocité diplomatique.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Felipao B
Felipao B
4 mois il y a

La france est et demeure un état colonial… avec les pratiques mesquines et humiliantes envers nos soeurs et frères qui vont avec

Lucien DOCKPA
Lucien DOCKPA
3 mois il y a

Je crois que la Politique de l’Autruche jusqu’a lors pronee par les authorities centrafricaines ne pair pas. Il vous souviendra que la Centrafrique fut le premier pays africain a signe l’accord de cooperation avec la Russie. Sur notre exemple, la Mali nous a emboite le pas. Voyez aujourd’hui a quelle distance le Mali se trouve. Consatez le courage qui anime Les autorites maliennes par rapport a nous. Des pareils incidents diplomatiques graves ne sairaient restes sans reciprocite. Aujourd’hui par le fait que nous sommes des Centrafricains nous paierons les pots casses qu’on le veuille ou non. Par consequent, a quoi… Lire la suite »