RCA: vote de loi d’une agence de l’assurance qualité en faveur de l’enseignement supérieur

0
99
Jean SyssaMagale, ministre centrafricain de l’Enseignement Supérieur

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 16 avril 2022—(Ndjoni Sango) : Les députés ont voté à l’unanimité le 14 avril 2022 le projet de loi portant création d’une agence nationale de l’Assurance qualité en faveur de l’enseignement supérieur en République centrafricaine. Ce projet de loi initié par le gouvernement centrafricain est un instrument juridique pour réguler le fonctionnement de l’enseignement supérieur aux normes internationales reconnu par le  Conseil Africain et Malgaches et l’Enseignement Supérieur (CAMES).

Par acclamation et l’unanimité, les députés après les débats ont voté le projet de loi portant création de l’Agence Nationale de l’Assurance Qualité, de l’Accréditation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Ce projet de loi proposé par le gouvernement centrafricain, a été défendu par le ministre de l’Enseignement Supérieur, Jean Syssa Magale. Il en ressort de l’exposé des motifs présenté par le rapporteur de la commission mixte éducation que depuis une dizaine d’années, le système d’enseignement de la sous-région d’Afrique Centrale et de l’Ouest en général et plus particulièrement celui de la République centrafricaine est confronté à une accélération croissante des effectifs d’étudiants.

Dans leurs interventions, les deux groupes parlementaires MCU et PUMA ainsi que certains députés qui ont pris la parole à titre individuel ont apprécié positivement ledit projet en se focalisant sur la baisse du système éducatif centrafricain, le manque d’enseignement de qualité, le cycle permanent des cours qui épuisent les étudiants ou encore le respect de calendrier académique.

Après le vote, le ministre de l’enseignement supérieur exprime sa satisfaction en ces termes : « Mes pensées vont vers la vision du Chef d’Etat par rapport au développement du capital humain. J’ai reçu mandat de travailler dans le capital humain, et ce travail dans ma lettre de mission, il est question de faire en sorte qu’on puisse développer le capital humain, qu’il puisse revenir à la normale, faire en sorte que notre enseignement supérieur soit de qualité », a déclaré Syssa Magale.

Il a aussi souligné que cet instrument va leur permettre progressivement de mettre de l’ordre dans la formation des étudiants centrafricains.

Le vote de ce projet de loi intervient dans une période où le système éducatif centrafricain a eu un coup de fouet à cause des multiples crises militaro-politiques qui ont secouées la République centrafricaine depuis deux décennies.

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires