RCA: le HCR documente 950 cas de violences sexuelles au 1er trimestre 2022

0
120
Centrafrique-Veuve-Ndjoni-Sango
Une femme violée, image d'illustration

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 20 juin 2022— (Ndjoni Sango) : Le Haut-Commissariat pour les Réfugiés en Centrafrique (UNHCR),  a documenté 950 cas de violences basées sur le genre (VBG) au premier trimestre de l’année 2022 en République centrafricaine. La publication de ce chiffre a été faite le 19 juin 2022 dans une note d’information du HCR.

La République centrafricaine est l’un des pays au monde où les cas de violences sexuelles basées sur le genre (VBG) sont quotidiennement signalés depuis que le pays fait face aux multiples guerres civiles. Les femmes et filles sont victimes récurrentes des acteurs engagés dans les conflits armés pour cibler les civils en s’inscrivant dans des stratégies de terreur, d’humiliation, de dégradation de la dignité.

Cette situation est souvent décriée par les organisations des droits de l’Homme qui appellent les belligérants à respecter le droit humanitaire international. C’est le cas du HCR, en ce 19 juin 2022, journée internationale pour l’élimination de la violence sexuelle en temps de conflit, a documenté plusieurs cas de violences basées sur le genre au 1er trimestre de 2022 en Centrafrique.

« Le HCR de commun accord avec les partenaires, réaffirme son engagement dans la lutte contre les violences sexuelles qui affectent majoritairement les femmes et les filles avec des conséquences majeures et parfois irréversibles dans leur vie », peut-on lire dans leur note d’information.

« Violence sexuelle est devenue un tactique brutale de guerre »

La commémoration de cette journée est marquée par des déclarations dont celle du Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres qui a déclaré que la violence sexuelle est devenue une tactique brutale de guerre et de répression qui selon lui, terrorise les populations, détruit des vies et fracture les communautés.

« J’observe que les auteurs de ces actes ne rendent que trop rarement des comptes. Ce sont les survivantes qui portent le fardeau de la stigmatisation et du traumatisme tout au long de leur vie, souvent doublement brutalisées par des normes sociales néfastes et la culpabilisation des victimes », a-t-il déclaré.

Face à cette situation, l’Organisation des Nations-Unies (ONU) appelle à renforcer les systèmes judiciaires nationaux, « nous sommes solidaires… et soutenons les femmes, les filles, les hommes et les garçons les plus vulnérables qui luttent pour vivre dans la dignité et la paix au milieu des crises humanitaires », a-t-il poursuivi avant de rappeler que « notamment en argumentant le soutien aux victimes, aux personnes vulnérables à la traite et à l’exploitation sexuelle ».

Plus de 2 500 cas de violences sexuelles liées aux conflits en 2020. L’ONU a documenté et vérifié plus de 2 500 cas de violences sexuelles liées conflits commises au cours de l’année 2020 dans les 18 pays. Comme les années précédentes, la grande majorité de ces incidents visaient des femmes et des filles (96%).

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires