RCA : « Les dispositions de l’article 36 de la Constitution sont discriminatoires pour la jeunesse », Daniel Nzewé

0
90
Daniel Nzewé et William Nddjjapou en conférence débat avec les étudiants sur la constitution @crédit photo Kizer Maidou

Par Kizer MAÏDOU

Bangui 30 Aout 2022—(NDJONI SANGO) : L’actualité en Centrafrique brille ces derniers temps au sujet de la modification de la constitution. La dernière en date est celle de Daniel Nzewé, ancien chargé de mission en matière de la jeunesse au ministère de la jeunesse et des sports qui qualifie la loi mère du 30 mars 2016, de pure discrimination à l’endroit de la jeunesse.

Pour Daniel Nzewé, la constitution centrafricaine doit être obligatoirement modifiée. Dans un amphi théâtre bien rempli de l’université de Bangui l’ex chargé de mission en matière de la jeunesse  est venu échanger avec les étudiants au sujet de la modification de la constitution Centrafricaine qui fait la une des médias dans ces derniers temps.

A entendre l’orateur, en dehors de son article 154 qui traite les institutions républicaines de transition, la constitution du 30 Mars 2016 a un caractère discriminatoire pour la jeunesse centrafricaine.

« Cette constitution nécessite une réécriture, les dispositions de l’article 36 sont des dispositions discriminatoire pour cette jeunesse. Par ce que la jeunesse en tant que tel  c’est la tranche d’âge de 18 à 35 ans, hors il se trouve que cette transition dispose en son article 36 que pour être candidat à la présidence de la République il faut avoir a minima 35 ans le jour du dépôt de candidature. Ça veux dire cette disposition est discriminatoire. Donc la fonction de président de n’est pas réservée aux jeunes mais aux vieux. C’est une disposition discriminatoire pour cette jeunesse », a critiqué le conférencier.

Occasion pour l’ancien  chargé de mission au ministère de la jeunesse de développer aux étudiants les forces et faiblesse de ce document qui anime aujourd’hui le plateau  des médias nationaux et internationaux.

Pour lui la réécriture d’une nouvelle constitution est salutaire sur la question du fond et de forme. Il faut léguer un héritage solide aux générations futur a-t-il ajouté. A en croire le conférencier l’intelligencia n’est pas au rendez vous de sensibilisation sur le sujet de la révision de cette constitution, raison qui la poussée a organisé cette conférence avec cette catégorie de la jeunesse

« Les étudiants par ce que j’ai constaté que l’intelligencia n’est pas au cœur de cette sensibilisation. C’est un segment qui est oublié quoi que les universitaires soient venus ici pour une conférence débat ».

Il faut souligner que pas plus tard le mercredi 24 Aout des universitaires sont venus a la rencontre de ces étudiants  de l’université de Bangui. Tous les sujets vont dans le sens de la modification ou d’une nouvelle constitution.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires