RCA: des élections municipales sans discours de haine en 2023

0
83

Lu pour vous par Marly Pala

Bangui, 25 Octobre 2022 – (Ndjoni Sango) : Les élections municipales sont programmées en l’an 2023 sur le territoire centrafricain. Elles n’ont pas été organisées depuis 1988 soit 35 ans. L’enjeu est de taille. Les élections municipales seront organisées dans un contexte où la désinformation et les discours de haine qui prolifèrent sur les réseaux sociaux, créent la division et la méfiance entre les communautés. L’ONG nationale Association Jeunesse en Marche pour le Développement (AJEMADEC), promeut des élections municipales transparentes, crédibles et inclusives sans discours de haine.

Depuis trois décennies, les maires sont désignés par décrets du président de la République. Le dimanche 22 janvier 2023, est la date officielle retenue pour les élections municipales en République centrafricaine, retenue par l’Autorité Nationale des Elections approuvée par le gouvernement. Les préparatifs se poursuivent.

Que faire face à la désinformation et à des propos haineux sur les réseaux sociaux liés aux élections municipales ?

Des organisations de lutte contre la désinformation, médias, organisations de la société civile, la MINUSCA, le Haut Conseil de la Communication, le gouvernement, etc. intensifient des actions de riposte contre la montée vertigineuse de ce phénomène sur les réseaux sociaux et dans les communautés. Dans le lot, l’ONG nationale

Association Jeunesse en Marche pour le Développement en Centrafrique ( AJEMADEC)

L’ONG AJEMADEC s’est engagée à faire la promotion de la citoyenneté numérique pour désamorcer les propos haineux en période électorale à travers une campagne de sensibilisation en faveur des leaders communautaires, conseillers municipaux, journalistes et blogueurs, partis politiques. L’objectif est d’associer ces différentes entités dans la lutte contre les discours de haine sur les réseaux sociaux. Une responsabilité sociale qui nécessite l’implication de chaque citoyen épris de paix, de tolérance, de réconciliation et de vivre-ensemble.

A propos de la désinformation et des discours de haine dans un contexte électoral

Les périodes électorales représentent un moment de risque accru de mobilisation d’acteurs visant à alimenter la haine et la polarisation. Il y a plusieurs risques entre autres :

– Risque de violence en ligne et hors-ligne illustré par les discours sur la fraude électorale – la mobilisation extrémiste sur des plateformes franges – la pénétration de théorie de complot dans la sphère publique ;

– Tentatives de décrédibilisassion du processus électoral.

Pour conclure, la riposte contre la désinformation et discours de haine en période électorale nécessite l’identification et la compréhension des campagnes de désinformation en ligne. Il y a lieu de s’interroger sur leur nature. Les propos haineux et discriminatoires doivent être combattus et condamnés à l’approche des élections municipales en République Centrafricaine.

Les responsables politiques, en particulier les candidats aux prochaines élections municipales en Centrafrique, devraient s’abstenir d’invoquer des affiliations ethniques, religieuses, d’appartenance politique et d’utiliser un langage provocateur, lesquels pourraient conduire à des violences, à la discrimination et à d’autres violations des droits de l’homme.

La campagne de riposte organisée par l’ONG AJEMADEC est organisée avec le soutien financier de la Fondation Nationale pour la Démocratie (NED) et l’Institut des Etats-Unis pour la Paix (USIP).

Arsène-Jonathan MOSSEAVO

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires