RCA: le gouvernement engagé à faire la lumière sur le bombardement de Bossangoa

0
102
Ghislain Serge Djorie, ministre de la communication, porte-parole du gouvernement @crédit photo Erick Ngaba

Par Prince Bouanga

Bangui 5 Décembre 2022—(Ndjoni Sango): Depuis l’attaque lâche et terroriste qui a visé l’usine d’égrenage de coton de la ville de Bossangoa au nord du pays, des avancées considérables ont été enregistrées dans les enquêtes y relatives. Pour le Docteur Serges Ghislain Djorie, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, les autorités et leurs partenaires russes sont à pied d’œuvre pour faire la lumière sur cette attaque afin de traduire tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à l’exécution de cette sordide besogne devant la justice internationale.

C’est au cours d’un point de presse tenu le vendredi 2 décembre que le porte-parole du gouvernement Serges Ghislain Djorie a tenu à informer l’opinion nationale et internationale sur les contours de l’attaque ignoble de l’usine d’égrenage de la ville de Bossangoa.

Selon le membre du gouvernement, cette attaque à la bombe qui n’a pour objectif que de semer la terreur parmi les centrafricains est venue de l’extérieur et les enquêtes diligentées par le gouvernement évoluent positivement.

« Les enquêtes se poursuivent et à l’heure actuelle, on a pu identifier l’aéronef et le type de bombe qui a été largué sur l’usine. De matériels sophistiqués ont été livrés aux FDS et celles-ci travaillent le jour comme la nuit pour faire la lumière sur cette affaire. Nous attendons une équipe d’enquêteurs internationaux qui devront venir aider les autorités compétentes dans les enquêtes et le parquet a ouvert une enquête pour que les auteurs, coauteurs et complices de cet acte soient traqués et conduits devant la Cour Pénale Internationale »  a fait savoir Serges Ghislain Djorie.

Il a par ailleurs souligné que pour des raisons d’enquêtes et de secret-défenses, certaines informations de la phase actuelles des enquêtes ne peuvent être rendues publiques mais il promet aux centrafricains de les informer au fur et à mesure de l’évolution des investigations.

Pour rappel, de toutes les crises et les rebellions qui ont secoué la RCA, pas une seule fois, des avions venus de l’extérieur n’ont été utilisés par les rebelles ou les groupes armés. Ce qui s’est passé à Bossangoa est une première et l’opinion nationale attend des autorités et de la Minusca des réponses concrètes pour que les auteurs de cette attaque soient punis.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires