RCA: l’UNPCC demande au gouvernement de réhabiliter l’usine d’égrenage de coton de Bossangoa.

0
56

Par Prince Bouanga

Bangui 06 Décembre 2022-(Ndjoni Sango) : Une bonne partie de l’usine d’égrenage de coton de Bossangoa a été endommagée après l’attaque terroriste qui l’a visée la semaine dernière. Ce joyau économique qui faisait longtemps la fierté de la préfecture de l’Ouham qui coule ne peut fonctionner normalement à ce jour, un handicap pour les activités des producteurs de coton qui sollicitent des autorités sa réhabilitation  pour que la saison cotonnière n’en pâtisse pas.

Les activités de l’usine d’égrenage de coton de Bossangoa ne se déroulent pas à temps plein et cela à cause de l’attaque ignoble et lâche  des ennemies de la paix sur l’usine. Pour l’union nationale de producteurs de coton, cet acte qui a pour objectif de porter atteinte aux activités économiques dans la préfecture de l’Ouham n’est qu’un acte criminel. Cette usine est en effet un pourvoyeur d’emplois et permet à plusieurs familles de l’Ouham d’avoir des revenus grâce aux activités cotonnières.

« Nous condamnons avec la dernière énergie cette attaque et nous demandons aux autorités de diligenter une enquête pour que la vérité soit connue. Mais surtout, nous sollicitons du gouvernement la réhabilitation de l’usine pour nous permettre de relancer les activités cotonnières de cette année. Nous avons des créances à honorer et si l’usine ne fonctionne pas, ce sera difficile pour nous de rembourser nos dettes »  a fait savoir Francis Mongaï, Président de l’UNPC.

La préfecture de l’Ouham à travers la culture de coton apporte des dividendes considérables  l’économie nationale et l’arrêt temporaire des activités de cette usine pourra avoir un impact négatif sur l’économie du pays. Tout en continuant à mener des investigations sur cette attaque, les autorités devront aussi penser à réhabiliter cette usine pour permettre aux planteurs de coton de reprendre leurs activités.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires