Tchad: « on n’en a marre de la France », déclare un étudiant tchadien

0
128
Le président tchadien Mahamat Idriss Deby avec son homologue français Emmanuel Macron

Par Thomas KOSSI

Bangui 29 avril 2021—(Ndjoni Sango) : Quand Déby remplace un autre Déby au Tchad, le pouvoir de l’Etat veut prouver qu’il change de main. Seulement, les noms qui se répètent prouvent à suffisance, que la dynastie prend le pas au sommet de l’Etat tchadien.

La Radio du Monde, dans sa diffusion du 29 avril, a fait entendre des voix de ceux qui ne veulent plus de la France comme ancien pays colonisateur. Les temps ont beaucoup bougé, et la nature également change de main.

C’est alors que « l’idée centrale de ce principe est que la souveraineté et la dignité des pays, quelles que soient leur taille, leur puissance ou leur richesse, doivent être respectées, qu’aucune ingérence dans les affaires intérieures n’est tolérée et que les pays ont le droit de choisir librement leur système social et leur voie de développement entre les pays du monde », suggère « La Gouvernance de la Chine ».

Aujourd’hui avec ce qui se passe chez Déby le maréchal, la démocratie prend du recul. Lui qui tenait absolument mourir au pouvoir, et c’est arrivé malheureusement, s’il venait à observer ses restes pour le moment, il mourra de commotion. Car, les Tchadiens qui terrorisent leurs frères de sang, à savoir les mortels centrafricains, brûlent en ces instants, les drapeaux tricolores.

Les couleurs qui disent des choses inconcevables, sont noircies par des femmes et hommes qui ne savent plus où mettre la tête. Tellement, leurs INTERÊTS leur pèsent sur le cœur et l’homme en tant que créature divine, échappe à leur contrôle.

La France semble rejetée par ses propres et anciennes colonies. Le Conseil militaire de la transition(CMT) qui ne veut être que l’autre visage de Déby assassiné, roule dans le sang des tchadiens de toujours. La mort fait lien avec eux, la peine les oblige à souffrir, le désordre les assaille, ce qui veut dire que le Centrafrique d’hier, d’aujourd’hui et de demain, ressemble aux mortels qu’ils deviennent pour l’heure. La France ne les lâchera point, dixit le premier Gaulois, Emmanuel Macron.

Tchadiens et Centrafricains mourez, vos minéraux seront les nôtres. Nous possédons la science qui convienne, et le futur sera ce que nous aurons prévu. Tant pis pour ce que dira l’univers !

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments