RCA: dialogue républicain, la COD-2020 insiste sur un dialogue inclusif et l’arbitrage international

1
235
COD-2020-ndjoni-sango-CENTRAFRIQUE
Les leaders de la coalition de l'opposition appelée COD2020

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 13 juillet 2021—(Ndjoni Sango) : Convoquée à une rencontre à la Présidence de la République le 9 juillet 2021, la Coalition de l’opposition démocratique (COD-2020), persiste et signe sur un dialogue « inclusif » et non « républicain », et sous les auspices de la communauté internationale. Une position exprimée à la sortie de cette assise par Mahamat KAMOUN, Président en exercice de ladite coalition. 

Le décret portant création du comité d’organisation du dialogue républicain continue de susciter des inquiétudes dans le pays. Les partis politiques d’opposition dont la COD-2020 et certaines organisations de la société civile qui envisagent de boycotter sa tenue, si le Président de la République ne revient pas sur ce décret.

A la clôture de cette rencontre présidée par Obed NAMSIO, Directeur de cabinet du Président TOUADERA, la Coalition de l’opposition démocratique, représentée par deux de leurs membres dont son président en exercice, a dévoilé les coulisses de ses pourparlers à huis-clos. Restant droit dans leurs bottes, la COD-2020 réitère ses exigences qui conditionnent leur participation à ce dialogue.

« A l’issue de l’entretien tenu, il y a d’abord la question de l’inclusivité qui implique la participation de toutes les parties prenantes au prochain dialogue, dont les groupes armés. Pour nous au niveau de la COD-2020, nous nous inscrivons en faux quant à ce qui concerne les dialogues parallèles que compte organiser le pouvoir de Bangui ; c’est dire, réunir exclusivement les autres forces vives du pays, tandis que les acteurs centraux que sont les groupes armés sont renvoyés à l’APPR. Nous avons fait comprendre que l’APPR a été un accord mort-né qu’il faut, à l’occasion de ce dialogue, prendre en compte tous les acteurs sans exception », a déclaré Mahamat KAMOUN de la COD-2020.

Concernant la mise en place du comité controversé, chargé d’organiser ledit dialogue, le Président du parti Bêafrica Ti E Kwe (BTK) a insisté sur la nécessité de disposer d’un comité préparatoire juste et équilibré.

Si vous regardez bien le comité qui a été mis en place par le Chef de l’Etat, dit-il, il y a bien une volonté à peine voilée de constituer une majorité artificielle afin de faire passer le vœu du régime en place lors de ce dialogue.

« Nous sommes opposés aux articles 2, 4, 7 de ce décret, qui placent tacitement les travaux du comité préparatoire sous la supervision du Chef de l’Etat. Nous avons estimé qu’il faut avoir un comité totalement indépendant pour rendre ce dialogue crédible », a-t-il souhaité.

Or, les inquiétudes exprimées par les partis politiques d’opposition à l’issue de cette rencontre, sont notées par le Directeur de cabinet du Président de la République qui a même promis de les transmettre fidèlement au Chef de l’Etat. Certes, dans les prochains jours, nous allons savoir si le Président va réviser ou pas ce décret qui continue de faire couler la salive et l’encre dans le milieu politique centrafricain.

Dans l’histoire de la République centrafricaine, la question de révision d’un décret portant la création d’un comité de pilotage d’un dialogue n’est pas une surprise. En 2008, l’ex-Chef de l’Etat François Bozizé, lorsque les forces vives de la nation n’étaient pas d’accord avec le comité préparatoire devant conduire au dialogue politique et inclusif, les dispositions ont été revues. Ce n’est pas tout !

En 2015, à l’époque de la transition dirigée par l’ancienne présidente Catherine Samba Panza, le décret de mise en place du comité préparatoire du forum de Bangui qui avait suscité une vague d’indignations à l’époque, a été révisé. Reste à savoir le cas d’aujourd’hui sera le même quand on sait que l’actuel locataire du palais de la Renaissance reste ferme sur sa décision.  On laisse le temps au temps de faire son temps. Affaire à suivre…      

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Judicael Ouikon-Dongongo
1 année il y a

Q’ils attendent la communauté internationale.