RCA: l’axe Baoro-Carnot, un véritable chemin de croix pour les usagers

0
77
Axe Baoro-Carnot @crédit photo Cyrille Yapendé

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 17 Septembre 2021—(Ndjoni Sango) : Emprunter la voie qui relie la ville de Baoro à celle de Carnot, est actuellement un risque imminent pour les usagers avec en toile de fond, la dégradation avancée de cette route. Pour 100km seulement, il faut passer quatre heures de temps voire  cinq pour les véhicules  4×4 et plusieurs heures pour les camions, au péril de ne tomber en cours de route.

L’insécurité grandissante dans certaines régions de la République centrafricaine n’est pas le seul phénomène qui provoque la désolation au sein de la population. L’état de la dégradation de route dans l’arrière-pays est aussi une source de malheur dans cette localité. Il ne passe pas  un seul jour où on entend parler des cas d’accident sur les ondes de la place.

C’est le cas de l’axe Baoro-Carnot qui devient pendant cette saison pluvieuse, un tombeau ouvert pour les personnes qui tentent de prendre ce corridor qui relie les villes de Baoro, Carnot et Berberati. La détérioration de cette voie présente plusieurs conséquences dont l’économie et la libre circulation des personnes.

Un transporteur de la ville de Baoro que nous avons rencontré sur place, ne cache pas son indignation face à cette situation et appelle les autorités du pays à chercher les moyens visant à réhabiliter cette route pour faciliter la circulation aux usagers.

« Je suis l’un des rares transporteurs de cette route qui mène à la Sous-préfecture de Carnot. La plupart des chauffeurs ont changé de corridor suite à sa dégradation et préfèrent prendre les axes de Bossemptélé et Bouar. Nous ne savons pas à quel saint se vouer pour que cette route soit arrangée afin de nous aider à circuler sans inquiétude et aider. Je profite de votre micro pour appeler le gouvernement à penser arranger cette route », a-t-il sollicité.

La question de l’état des routes dans l’arrière-pays a été au centre des préoccupations des députés de la nation lors du débat en plénière du vote de programme politique générale du gouvernement, présenté par le Premier ministre, Henri Marie DONDRA au mois d’août dernier. Dans ses réponses, le Chef du gouvernement a promis au parlement qu’un vaste programme de réhabilitation des routes de provinces est en cours.

Or, la semaine dernière, le Premier ministre a remis la lettre de sa mission à tous les membres de son gouvernement. Il est temps pour le ministre des travaux publics de se pencher sur cette partie qui touche aux travaux de réhabilitation de ces routes.

La détérioration des routes ne concerne pas uniquement les villes de province ; certaines avenues de la capitale centrafricaine sont aussi dans le lot de ce problème surtout pendant la saison des pluies.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires