RCA: quand la France complote pour renverser le pouvoir de Bangui

0
286
le président français Emmanuel Macron_et son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera à Paris
le président français Emmanuel Macron_et son homologue centrafricain Faustin Archange Touadera à Paris

Par Mamdou NGAINAM

Bangui 7 Novembre 2021—(Ndjoni Sango) : Selon une source diplomatique, le président Français, Emmanuel Macron, a officiellement saisi par une correspondance datant de près de trois mois aujourd’hui, le fils du défunt Idriss Déby Itno, Mahamat Déby. Il s’agit là d’un plan visant à prêter main forte à la CPC en vue de renverser le régime de Bangui. 

Après la tentative échouée du coup d’état de décembre 2020  menée par la coalition des patriotes pour le changement dit CPC avec l’attaque de Bangui le 13 janvier 2021, plusieurs figures de cette rebellion se sont enfuit avec la complicité de certains pays voisins de la RCA, pour trouver refuge au Tchad.

Il s’agit bel et bien d’un énième coup de force perpétré par la France, qui dans ses plans machiavéliques, continue d’entretenir des fauteurs de troubles en vue d’empêcher le président Faustin Archange Touadéra à exécuter ses promesses vis-à-vis de la population qui l’a élu. Pour réussir leurs plans diaboliques, l’Elysée a ordonné aux autorités tchadiennes d’héberger des caciques de la CPC à savoir : le tchadien Abakar Sabome, Mahamat Alkatim de MPC, Maxim Mokom des Antibalaka, Bobo Sembé des 3R et le général de la brousse François Bozizé.

Ceux-ci attendent juste la saison sèche pour activer le compteur, a rapporté une source diplomatique. Toutefois, une source sécuritaire fait savoir que des dispositions drastiques sont en train d’être prises par les autorités centrafricaines pour des éventuelles attaques où agression contre la population civile. Des moyens logistiques sont déjà mobilisés par des alliés Russes et Rwandais qui sont déterminés plus que jamais à mettre fin à la souffrance des centrafricains.

Il est judicieux de se pencher sur la relation Tchad-RCA qui sous d’autre régime constitue une menace pour l’intégrité de la RCA. Aujourd’hui, des FACA qui ont reçu des formations de haut niveau, ne craignent rien et sont déterminées à défendre la patrie et libérer le territoire sous contrôle des mercenaires étrangers.

Les FACA d’aujourd’hui ne sont pas celles de l’année 80 et 2013 qui ont assistées au changement de leur dirigeants par des forces étrangères, notamment l’opération ‘‘barakouda’’ et l’avènement des Séléka soutenus respectivement par la France.

Plusieurs démarches et lobbying ont été menés par la France auprès du conseil de sécurité des Nations Unies pour le maintien de l’embargo et aussi de ne pas assister la RCA financièrement. Pour rappel, lors d’une tête à tête entre le chef de l’Etat Faustin-Archange et l’Ambassadeur sortant de France en RCA, ce dernier a ouvertement déclaré au chef de l’état que son pays la France ne peut pas soutenir la RCA financièrement, ni militairement. Pour quelle raison, l’on ignore. Bref !

Des actions odieuses que mène ce pays montre sa volonté manifeste de maintenir la RCA dans une situation précaire et de d’extrême pauvreté.

Trop c’est trop ! Il est donc, temps que les accords qui ont été signé par les autorités centrafricaines de l’époque et la France puisque, soient abolis. Car cette époque est révolue. Cet accord qui a été signé sous pression entre le feu David Dacko et certains présidents centrafricain n’est plus d’actualité. Il est capitale de l’actualiser en tenant compte du contexte actuel.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires