RCA: inquiétude sur la suspension par le Cameroun de l’exportation des produits de première nécessité

0
184

Par Cyrille YAPENDE

Bangui 26 avril 2022—(Ndjoni Sango) : Dans une note du ministère camerounais du commerce signée le 22 avril 2022, le Cameroun suspend jusqu’à nouvel ordre l’exportation des certains produits de première nécessité à l’instar de : ciment, huiles raffinées, farine de blé, riz et bien d’autres produits.

En effet, face aux pénuries aggravées du ciment, des huiles raffinées, de la farine de blé, du riz et des céréales produites localement ces derniers temps touchant le marché national camerounais en particulier, les autorités camerounaises interdisent l’exportation desdits produits à l’étranger.

Dans l’objet de cette note, le ministre camerounais du commerce a demandé le renforcement des mesures de contrôle sur l’exportation du ciment, des huiles raffinées, de la farine de blé, du riz et d’autres produits de grande consommation.

« J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir prendre des mesures immédiates visant à la suspension, jusqu’à nouvel avis, de l’exportation desdits produits », a déclaré Luc Magloire Mbanga Atangana signataire de cette note.

Inquiétude des Centrafricains devant cette décision

A quelques jours de cette suspension d’exportation par le Cameroun, les centrafricains voient en cette décision un danger pour la République centrafricaine qui est la première importateur et dépende entièrement du Cameroun de ces produits susmentionnés.

Face à cette situation, certaines personnes appellent le gouvernement à développer une stratégie dans un bref délai pour atténuer le risque de rupture des marchandises dans le pays face à la décision des autorités camerounaises qui veulent garder ces produits pour les biens de leur population dans le contexte d’un cycle de hausse de prix qui n’est qu’à ses débuts.

Du côté du gouvernement centrafricain, aucune réaction officielle n’a été enregistrée pour le moment laissant le champ libre aux différentes interprétations dont certains avancent la nécessité d’anticiper sur les conséquences d’une poussée inflationniste de longue durée sur l’économie centrafricaine et le panier ménager.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires