RCA: la base de Séléka-rénovée se désolidarise de la déclaration de Moussa Dhaffane

0
210
Mohamed Moussa Dhaffane chef rebelle de la Seleka rénovée

Par Abele NANGABISSON

Bangui 8 juin 2022—(Ndjoni Sango) : Le mouvement Séléka Rénovée pour la Paix et la Justice (SRPJ) signataire de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation du 6 février 2019, a rejeté en bloc la déclaration faite par son ancien leader Mohamed Moussa Dhaffane depuis Paris sur les ondes de la radio Ndèkè-Luka.

Dans un communiqué publié le lundi 6 juin 2022, ce mouvement ne se reconnait pas dans les actions menées par leur ancien leader. Après la signature de l’accord de paix de Khartoum, ce mouvement politico-militaire s’est engagé pour le retour définitif de la paix et de la réconciliation nationale conformément à l’engagement pris lors de ces pourparlers.

Dans cette note adressée à l’opinion nationale et internationale, les membres de ce mouvement dénonce les propos avancés par leur ancien mentor Mohamed Moussa Dhaffane lors de son intervention sur les ondes de la radio Ndèkè-Luka à la date du 3 juin 2022, selon lequel il s’oppose au projet de loi visant à modifier la Constitution du 30 mars 2016 qui pour certains est déjà caduque et incomplète.

Selon lui, il reconnaît être un opposant politique et s’oppose aux projets de l’adoption de la cryptomonnaie comme monnaie officielle en Centrafrique y compris les démarches engagées par les autorités centrafricaines pour réviser la loi mère.

Suite à cette intervention, les membres de cette plateforme politico-militaire SRPJ rejettent toutes ces allégations et appellent les Centrafricains à la conscience patriotique en reconnaissant les efforts fournit par le gouvernement pour la paix et la sécurité en République centrafricaine.

Rappelons que dans ce communiqué, la Séléka Rénovée pour la Paix et la Justice est désormais dirigée par le conseiller politique, le colonel Thierry Cyprien M’pondo et le chef d’Etat-Major le général Ali Issaka qui sont des voix autorisées à prendre la parole au nom de ce mouvement.

Le communiqué relève aussi que ce mouvement a également contribué au processus de désarmement Démobilisation et Réinsertion (DDR)  de ses anciens combattants dans la localité de Kaga-Bandoro et l’ex camp RDOT, qui ont été réalisées dans la tranquillité jusqu’à ce jour où certains de ces ex combattants sont en attente d’intégrer les différents corps en uniforme et le nouvel recrutement en cours.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires