RCA: la protection de la femme et de l’enfant en période de conflit, un défi à relever

0
66
conflit-ndjoni-sango-centrafrique
Des enfants victimes de conflit armé en Centrafrique

Par Prince Wilfried NZAPAOKO

Bangui 23 juillet 2022—(Ndjoni Sango) : En République centrafricaine, les femmes et les enfants sont les êtres les plus touchés pendant les périodes de conflits armés. Malgré les nombreuses actions menées par les associations qui luttent pour la protection des jeunes filles, femmes et enfants, cette situation reste toujours déplorable.

La République centrafricaine est l’un des pays Africains les plus touchés par les violences armées. Ces situations ont été à l’origine de nombreuses pertes en vies humaines que matérielles. Tel est le cas des femmes et des enfants qui sont des principales victimes de ces actes de barbaries qui jusqu’à lors le taux de victimisation ne cesse d’augmenter à cause de la recrudescence des attaques armées des rebelles dans certaines régions de la RCA.

Dans ce contexte, deux cas se présentent. Il y’a d’un côté les femmes qui sont victimes des abus et violences sexuels de la part des groupes rebelles dans l’arrière-pays ainsi que des violences basées sur le genre dont elles sont de plus en plus victimes.

De l’autre côté, il y a des enfants qui se font enrôlés de force dans les groupes armés. A cela s’ajoute la prise en otage de certains jeunes des localités par ces groupes rebelles, qui sont obligés de faire des travaux forcés pour assurer leur survie.

Or l’article 7 de la Constitution du 30 mars 2016, parle de la protection de la femme et de l’enfant en ces termes : « La protection de la femme et de l’enfant contre la violence, l’insécurité, l’exploitation et l’abandon moral, intellectuel et physique est une obligation pour l’Etat et les autres collectivités publiques. Cette protection est assurée par les mesures et des institutions appropriées de l’Etat des autres collectivités publiques ».

Cette référence tirée de la loi mère garantit l’aspect sécuritaire de la femme et de l’enfant qui ne devraient pas être des proies lors des violences armées, mais plutôt des êtres à protéger.

Les autorités centrafricaines doivent tout mettre en œuvre pour mettre sous les verrous les auteurs et complices de telles atrocités commises sur la femme et l’enfant afin que justice soit rendue et que ces victimes puissent avoir réparation.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires