RCA: ces partis d’opposition qui soutiennent la révision constitutionnelle

0
86
Les militants du parti RDC à la marche pour le référendum constitutionnel à Bangui en Août 2022 @crédit photo Prince Nzapaoko

Par Erick NGABA

Bangui 7 aout 2022—( Ndjoni Sango) : En République centrafricaine, c’est la polémique autour de la modification de la constitution dont le projet est initié par le député la première circonscription de M’baiki, Brice Kevin Kakpayen. A l’appel du cercle de réflexion pour une constitution républicaine (CRCR) pour une marche tenue le samedi dernier réclamant un référendum constitutionnel, plusieurs organisations de la société civile et formations politiques se sont aussi mobilisées en vue d’apporter leur soutien.

Durant la marche du samedi dernier, l’on a enregistré la participation de plusieurs partis politiques d’opposition. Avec des pancartes et banderoles à la main, des militants et sympathisants des partis Mouvement de Libération du Peuple centrafricain (MLPC), Kwa Na Kawa (KNK), et Rassemblement Démocratique centrafricain (RDC) ont marché avec les partisans de la nouvelle constitution.

Des banderoles et pancartes sont au nom du MLPC, KNK et RDC en guise de soutien au projet de révision de la constitution du 30 mars 2016 qui suscite de vives polémiques.

« Oui pour une nouvelle constitution, conçue pour répondre aux aspirations des valeurs qui unissent le peuple centrafricain », lit-on sur une banderole tenue par les partisans du parti RDC. « M.L.P.C Soutien au référendum de la constitution ». « Le MLPC Courant originel s’aligne derrière le peuple souverain pour une nouvelle constitution », ce sont là entre autres des messages inscrits sur des banderole et pancarte tenues par des militants du MLPC, conduits par le responsable de la coordination de la jeunesse du parti. « KNK de Bimbo. Oui pour la paix. Oui au référendum », c’est le message sur la banderole entre les mains des militants du parti KNK.

Même si quelques heures plus tard de la marche, certains leaders de ces partis ont essayé de contester à travers des communiqués de presse, leurs adhésions et implications à cette mobilisation en faveur d’un référendum pour une nouvelle constitution, l’on sait que ces partis mentionnés ont connu la scission en leur sein du fait d’une crise de leadership.

Depuis après le dialogue républicain tenu en avril dernier, les partis d’opposition sont fragilisés par le départ des cadres et militants qui ont fait allégeance avec le camp présidentiel.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires