RCA: des produits pharmaceutiques périmés dans les mini pharmacies inquiètent

0
62
Vente de médicament dans la rue de Bangui

Par Alfred YEMETCHIPA

Bangui 17 septembre 2022-(Ndjoni Sango) : Les mini-pharmacies poussent comme des champignons en République Centrafricaine. Ces mini-pharmacies qui ne sont pas le plus souvent bien garnies vendent des produits pharmaceutiques périmés ou des médicaments délibérément et frauduleusement falsifiés aux centrafricains sans pour autant s’inquiéter des effets négatifs.

Une fois que les produits pharmaceutiques sont périmés, ceux-ci doivent être retirés purement et simplement pour procéder à l’incinération. Mais pour la plupart ces mini pharmacies qui ne sont pas reconnues par l’Etat et qui n’ont pas l’agrément du ministère de la santé publique jouent à la vie des gens en vendant des médicaments de la rue périmés aux populations. Ces médicaments de la rue périmés ont de conséquences sur la santé de la population entre autre les intoxications, la destruction du foie, du cœur et des reins.

Il parait judicieux de mentionner que les produits pharmaceutiques ont une dimension de traitement efficace à l’heure de la modernité é mais malheureusement ces produits ne sont pas administrés comme il a fallu et continuent de faire couler l’encre et la salive. En principe ceux qui sont habilités à ouvrir les pharmacies voire les min-pharmacies sont les médecins ou bien les ressortissants de la médecine.

Malheureusement force est de constater que ces pharmacies fonctionnent à leur gré en temps plein et  crée  des problèmes de santé publique. Les gens le plus souvent négligent les questions colles qui touchent la santé publique, oubliant que c’est la source de leur malheur et, qui peut même les conduire à la mort.

Avec une connaissance médiocre, les gens s’autoproclament docteurs pour ouvrir des pharmacies, pire encore, des mini pharmacies çà et là pour mettre au service des Centrafricains. Mieux vaut éviter le tâtonnement et laisser la place à ceux qui sont qualifiés pour ces prestations.

Le constat est amer ces pharmaciens inconnus par le ministère de la santé publique et de la population se déguisent en médecins qualifiés et procèdent à la prescription des ordonnances.

Ces produits pharmaceutiques de la rue périmés doivent être systématiquement incinérés mais l’entêtement de ces vendeurs peut se solder par la mort des patients non avertis.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires