RCA: attaque de Bossangoa, le RNSAP exige une poursuite judiciaire contre les auteurs

0
116

Par Mamadou NGAINAM

Bangui 2 décembre 2022—(Ndjoni Sango) : dans une interview accordée à radio Lengo Songo, le Coordonnateur du Réseau national pour la sauvegarde des acquis de la paix (RNSAP), Yannick Andjida, exige la traduction en justice des auteurs de l’attaque de Bossangoa.

À Bossangoa, une située au nord de la RCA, un aéronef non identifié a largué des explosifs sur l’usine d’égrainage de coton. Dans une interview exclusive à radio Lengo Songo, le Coordonnateur du Réseau national pour la sauvegarde des acquis de la paix a condamné cette attaque.

« Nous dénonçons et nous condamnons l’attaque survenue sur la Cellule-Coton de Bossangoa par un aéronef. Pendant que le pays se remet petit-à-petit, les ennemies de la paix en RCA continuent de semer la désolation. C’est l’exemple le plus patent avec cette attaque du 28 novembre dernier sur les paisibles populations de Bossangoa. Derrière cette attaque, nous voyons clairement que l’objectif visé par les assaillants est de fragiliser l’économie centrafricaine, mais aussi et surtout de créer la peur au sein de la population. Un acte que nous condamnons avec la dernière énergie », a dénoncé Yannick Andjida, coordonnateur de RNSAP.

C’est une première en RCA de voir des rebelles utiliser des moyens aériens pour mener une attaque à base d’un aéronef, avec des bombes du type M 904 qui est un explosif fabriqué par les pays de l’OTAN. C’est pourquoi, le coordonnateur du RNSAP voit le complot français.

« La France fait partie des pays de l’OTAN qui ont une influence négative sur l’Afrique. Donc, nous ne doutons pas de l’utilisation de ces engins par les puissances étrangères de pouvoir perturber les efforts de paix consentis et chèrement acquise en République Centrafricaine. Cet explosif M 904 n’est pas fabriqué en Centrafrique, donc il s’agit bel bien d’une provocation extérieure. C’est pourquoi, nous prenons à témoin l’opinion nationale et internationale et nous demandons à l’ONU de lever totalement l’embargo sur les armes à destination de la République Centrafricaine, afin de permettre à nos forces de défense et de sécurité d’avoir des moyens nécessaires pour lutter efficacement contre ce nouveau mode opératoire des ennemies de la paix », a-t-il dénoncé.

Cette attaque vise à détruire l’économie de la préfecture de l’Ouham en particulier et de toute la RCA en générale. Pour le RNSAP, c’est un acte délibérément préparé par la France pour nuire au peuple centrafricain.

« Il n’est pas un secret que la France dispose d’une base militaire au Tchad. A priori, nous ne pourrions pas accuser directement le peuple frère tchadien. C’est pourquoi nous attirons l’attention des autorités tchadiennes à plus de vigilance pour ne pas fragiliser les efforts de paix chèrement acquise entre ces deux pays », lance Yannick Andjida.

Vue la situation, le réseau demande aux autorités centrafricaines à plus de vigilance, mais aussi d’enclencher les procédures nécessaires, afin que les auteurs de cet acte odieux puissent être poursuivis et traduits devant la justice.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires